/opinion/columnists
Navigation

Pour en finir avec les pitbulls

Coup d'oeil sur cet article

La petite Vanessa Biron gardera à jamais le traumatisme d’avoir été la proie d’un pitbull aussi enragé que son maître. L’homme s’est comporté comme un sans-cœur, sans jamais s’excuser pour son animal. Il risque trois ans de prison pour sa négligence criminelle. C’est au moins ça. Mais le problème des chiens dangereux reste entier. Viendra-t-on un jour à bout de régler le dossier ? Les positions des propriétaires de pitbulls et celles des anti-chiens sont si opposées que j’en doute sérieusement. Comment légiférer pour satisfaire les deux clans ?

Dehors les gros chiens ?

Comme bien des gens, je ne suis pas folle des gros chiens comme les pitbulls ou les dobermans. Si j’en croise un dans la rue, je m’attends à ce que son propriétaire le tienne bien en laisse, comme je le fais avec mon petit Cavalier King Charles quand je vais au parc. C’est ce que font les gens bien élevés et dans la majorité des cas, il n’y a pas de problème.

Lors de la consultation citoyenne qui vient de prendre fin à Montréal, certains citoyens ont exprimé leurs craintes et suggéré que tous les chiens, quels qu’ils soient, portent une muselière dès qu’ils sont dehors. C’est absurde. Denis Coderre a eu l’audace d’interdire les pitbulls en ville, dans un règlement qui ratissait trop large, en stigmatisant un type de chien. Les experts en comportement animal disent que cela ne règle rien.

Punir le chien ou son maître ?

Il faut d’abord passer le mot que posséder un animal n’est pas un droit. C’est un privilège qui vient avec des règles strictes. Ton chien est agressif ? Tu es incapable de le faire obéir ? Alors c’est non. Tu ne peux en avoir un. Comment discerner un bon maître d’un mauvais ? Obliger une formation minimale comme en Suisse.

Il faut cibler les délinquants sans pénaliser tous les maîtres et leurs animaux pour l’inconduite d’une minorité. Dans deux semaines, le gouvernement du Québec va discuter du même dossier. Le projet de loi 128 sur les chiens dangereux propose encore de bannir certaines races. Comme si on n’avait rien compris.