/entertainment/movies
Navigation

Quelle est cette mystérieuse «inclusion rider»?

US-90TH-ANNUAL-ACADEMY-AWARDS---GOVERNORS-BALL
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Frances McDormand a utilisé la vitrine qui lui était offerte quand elle a remporté l’Oscar de la meilleure actrice, dimanche soir, pour faire la promotion d’une clause contractuelle favorisant plus de diversité sur les plateaux de tournage.

« J’ai deux mots pour vous ce soir : inclusion rider », a dit l’actrice, décorée pour son rôle dans Trois affiches tout près d’Ebbing, Missouri, devant un auditoire qui ne savait pas du tout de quoi elle parlait.

Il s’avère que cette fameuse inclusion rider, ou clause d’inclusion, a été créée par une professeure de l’Université de la Californie du Sud, en 2016. En gros, elle permet aux acteurs d’exiger, lorsqu’ils négocient avec un producteur, une représentation plus juste des minorités (femmes, groupes ethniques, handicapés et LGBTQ) au sein de la distribution d’un film. Devant et derrière la caméra.

Citée par le New York Times, la créatrice de cette clause encore méconnue, Stacy Smith, a indiqué que l’objectif était que « le monde à l’écran ressemble à celui dans lequel nous vivons ».

« En moyenne, a-t-elle dit lors d’une conférence TED, un film comporte 40 à 45 personnages qui parlent. Je dirais que seulement huit à dix d’entre eux sont réellement importants dans l’histoire. Pour les trente rôles restants, il n’y a pas de raison que ces personnages mineurs ne puissent pas refléter la démographie du lieu où l’histoire se déroule. »

Une première

McDormand, qui n’a appris l’existence de cette inclusion rider que quelques jours avant la cérémonie des Oscars, est devenue la première personnalité de Hollywood à en faire la promotion publiquement.

D’autres, comme l’actrice également oscarisée Brie Larson, ont rapidement indiqué qu’elles allaient adhérer au mouvement.