/news/currentevents
Navigation

Un ex-bénévole auprès d’enfants prend six ans

Son fils l’a dénoncé pour qu’il ne fasse pas d’autres victimes

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien bénévole auprès de jeunes a écopé de six ans de pénitencier pour avoir agressé pendant des années son fils, qui l’a dénoncé pour sauver d’autres enfants.

« Il y a eu un très grand nombre d’agressions sur plusieurs années, Jean Dufour a abusé de son autorité », a déploré le juge Robert Sansfaçon avant de le condamner, sous le regard soulagé de son fils, lundi, au palais de justice de Montréal.

Dufour, 68 ans, est un ex-bénévole très engagé dans le monde du patinage et du baseball jusqu’à ce qu’il soit accusé d’agressions sexuelles sur son fils, survenues il y a 20 ans.

À l’époque, Dufour vivait de la frustration sexuelle auprès de sa femme, au point d’épier celle-ci quand elle prenait sa douche. Sa déviance l’a ensuite poussé à s’en prendre à son fils.

« Sa vie sexuelle était minimale, il s’est laissé guidé par ses pulsions, il se positionne en victime », a dit le juge en citant un rapport sur Dufour.

Tragique secret

Ces abus se sont déroulés de 1994 à 2000. Les agressions se sont déroulées tant dans la maison familiale que dans un aréna où Jean Dufour faisait du bénévolat, a noté le juge lundi.

« Il s’agit de notre petit secret », avait dit l’accusé à son fils.

Pendant de longues années, le fils de Jean Dufour a gardé le silence. Mais en 2010, en voyant que son père continuait son bénévolat, Marc-André Dufour a porté plainte à la police dans le but de protéger d’autres enfants.

« Le règne de terreur arrête », avait écrit Marc-André Dufour, qui a fait lever l’interdit de publication sur son identité.

Lors des plaidoiries sur la peine, la victime, maintenant dans la trentaine, avait dit regretter de ne pas avoir dénoncé plus tôt. Car en 2004, son père s’est adonné à des contacts sexuels sur une adolescente de 14 ans.

Lundi, le juge a rappelé toutes les séquelles que Marc-André Dufour continue de porter à la suite des abus, ce qui affecte sa relation avec ses propres enfants.

#MoiAussi

« Je ne serai jamais [un] homme monstrueux, mais je ne peux pas profiter pleinement de l’amour de mes enfants. »

Cependant, depuis qu’il a parlé ouvertement des agressions dans la foulée du mouvement #MoiAussi, Marc-André Dufour a reçu une vague de soutien.

Il espère que son histoire pourra aider d’autres victimes qui hésitent à dénoncer.

Sur le même sujet