/news/consumer
Navigation

Four Loko repousse indéfiniment son retour sur les tablettes du Québec

Four Loko
Photo Antoine Lacroix

Coup d'oeil sur cet article

Phusion Projects, l'entreprise derrière la boisson alcoolisée Four Loko, a annoncé mardi qu'elle allait repousser indéfiniment son retour sur les tablettes du Québec, dans la foulée du décès de l'adolescente Athena Gervais la semaine dernière qui pourrait être lié à la consommation de boisson FCKDUP, un produit similaire.

 

La boisson Four Loko avait déjà fait l'objet d'un avis de rappel, l'automne dernier, parce qu'elles contenaient de l'alcool éthylique plutôt que de l'alcool issu de la fermentation du malt. L'entreprise souhaitait toutefois ramener la boisson sucrée à haute teneur en alcool (11,9 %) sur les tablettes des détaillants.

Or, Phusion Projects a fait part, dans une lettre adressée à la ministre déléguée à la réadaptation, à la protection de la jeunesse, à la santé publique et aux saines habitudes de vie, de son intention «de suspendre la remise en marché de Four Loko au Québec, jusqu'à nouvel ordre».

Cette décision survient alors que le groupe Geloso, qui produit la boisson FCKDUP, a annoncé qu'elle retirait ce produit du marché dimanche.

Dans un communiqué, Phusion Projects a adressé ses condoléances aux proches d'Athena Gervais. «Ce triste accident témoigne du sérieux des enjeux reliés à la consommation inappropriée d'alcool telle que l'abus et la consommation par des personnes mineures», a souligné l'entreprise américaine, qui soutient vouloir «collaborer activement avec les autorités gouvernementales concernées afin de promouvoir la consommation responsable d'alcool et d'en prévenir l'usage chez les mineurs».

Par ailleurs, Phusion Projects a tenu à préciser que la boisson Four Loko, contrairement à la boisson FCKDUP, ne contient pas de stimulants, que ce soit de la caféine, du guarana ou de la taurine.

Le retrait de ces boissons alcoolisées survient alors que de nombreuses voix, incluant celle du premier ministre Philippe Couillard mardi, se sont élevées pour demander à Santé Canada de réglementer ce type de produit.