/sports/football
Navigation

Hymne national: le propriétaire des Dolphins se joint au club des mal cités

Stephen Ross
Photo AFP Stephen Ross

Coup d'oeil sur cet article

Le propriétaire des Dolphins de Miami, Stephen Ross, a dû faire une mise au point mardi concernant des déclarations qu’il a faites à un quotidien new-yorkais, précisant qu’il n’obligera pas les joueurs de son équipe à se lever pendant l’interprétation de l’hymne national des États-Unis avant les matchs.

L’homme de 77 ans avait discuté avec le journal New York Daily News, lundi. L’article indiquait notamment que «tous nos joueurs devront se lever». Or, Ross a affirmé le contraire quelques heures plus tard.

«Je n’ai pas l’intention de forcer nos gars à se lever durant l’hymne et je regrette que mes commentaires aient été mal interprétés, a-t-il dit dans un communiqué transmis au quotidien Miami Herald. J’ai partagé mon opinion avec tous nos joueurs: je suis passionné à propos de la justice sociale et je pense que le genou au sol est un moyen inefficace qui va davantage aliéner les gens que les informer. Je sais que nos athlètes se préoccupent de l’armée et des lois, car je vois ces mêmes individus qui se battent pour une justice sociale positive qui requiert une bonne législation et une armée solide.»

Liens avec Trump

Ross appuyait au départ l’idée de poser le genou au sol, un geste initialement fait par l’ancien quart-arrière des 49ers de San Francisco Colin Kaepernick pour dénoncer la brutalité policière et les inégalités raciales. Cependant, sa perception des choses a changé quand il a senti que ces protestations visaient davantage le gouvernement américain ou son armée.

«Lorsque le message a changé et que tout le monde interprétait cela comme une critique [contre l’administration du président Donald Trump], j’ai décidé d’être contre le genou au sol, avait-il spécifié au New York Daily News.

«J’apprécie Donald, même si je ne soutiens pas tout ce qu’il fait», avait ajouté celui ayant côtoyé Trump, ancien propriétaire des Generals du New Jersey, à l’époque de la défunte United States Football League dans les années 1980.

Au cours des derniers mois, le président des États-Unis a vertement critiqué la NFL en raison des nombreux joueurs ayant refusé de se lever lors de l’hymne national.