/finance/business
Navigation

Le PQ dénonce l'intention d'Airbus de faire pression sur les fournisseurs de la C Series

Periode des questions
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La volonté annoncée mardi par Airbus de faire pression sur les fournisseurs de la C Series pour faire baisser leurs prix a fait bondir le porte-parole de l'Opposition officielle en matière d'économie, Alain Therrien.

En entrevue à LCN, le député péquiste de Sanguinet a dénoncé que la compagnie ait procédé à cette annonce alors qu'elle recevait la visite du premier ministre Philippe Couillard.

«C'est quand même pathétique de voir ça. Que Philippe Couillard, qui a mis 1,3 milliard $ dans la compagnie, s'en va en Europe pour apprendre, de la part de celui qui a reçu un don de la part de Bombardier, [...] "nous, on va saigner les fournisseurs québécois"», a illustré M. Therrien, qui a déploré «l'amateurisme» du gouvernement libéral dans ce dossier.

Le premier ministre Couillard a défendu, mardi, la prise de contrôle de la C Series par Airbus en laissant entendre que c'est «une des meilleures nouvelles depuis presque des décennies pour le secteur aéronautique montréalais».

«C'est une aberration. C'est de l'amateurisme crasse de la part des libéraux. Ils se complaisent dans le fait qu'ils ont donné une entreprise, l'expertise, l'argent des contribuables [...]. Ils nous prennent vraiment pour des valises», a répliqué M. Therrien.

Le PDG d'Airbus, Tom Enders, a annoncé, lors d'un point de presse conjoint avec le premier ministre, qu'un congrès réunissant les fournisseurs de la C Series se tiendra à Montréal l'automne prochain.

De son côté, le directeur des achats d’Airbus, Klaus Richter, s'est montré rassurant en affirmant que le développement de la C Series continuera à se faire à Montréal.

Airbus a mis la main sur le programme C Series pour 1 $ symbolique l'an dernier alors que les avions CS100 et CS300 faisaient l'objet de surtaxes totalisant 300 % aux États-Unis. Ces droits de douane ont toutefois été abolis depuis.