/news/consumer
Navigation

Exaspérés par 180 pannes d’électricité en trois ans

Des citoyens pointent du doigt un projet éolien alors qu’Hydro blâme la végétation

Coupures courant Hydro-Québec
Photo Pierre-Paul Biron Paul-Émile Nicol, Noella Goulet, Denis Nicol et Anne-Marie Lemieux n’en peuvent plus des coupures de courant incessantes qu’ils endurent depuis trois ans maintenant. Ils pointent du doigt la mise en service du parc éolien de Saint-Philémon, qui coïncide avec le début des problèmes.

Coup d'oeil sur cet article

Un couple de jeunes retraités de Saint-Philémon dans Chaudière-Appalaches croyait bien acheter la maison de ses rêves en 2014, mais après 180 pannes et coupures d’électricité en trois ans, le rêve tourne plutôt au cauchemar.

Anne-Marie Lemieux et Denis Nicol ont rénové de fond en comble leur charmante maison de la route 281 à Saint-Philémon pour venir y passer leur retraite.

Ils ont toutefois déchanté quand les problèmes électriques ont débuté à l’automne 2014, quelques mois après leur déménagement.

« On a commencé à les comptabiliser à partir de décembre. Trois ans plus tard, on est rendu à environ 180 coupures qu’on a pu observer », se désole le couple, qui pointe du doigt le parc éolien communautaire de Saint-Philémon. La mise en service des huit éoliennes correspond selon eux avec le début des problèmes. « Il y a des choses qui ne peuvent pas être des coïncidences », croient-ils, précisant que trois autres voisins vivent les mêmes problèmes. « On se sent comme des Gaulois. »

À bout de « se faire remplir »

Les coupures et pannes d’électricité vécues par le couple vont de quelques secondes à plusieurs heures. S’ils disent comprendre que le réseau puisse connaître des ratés par moment, ils craignent que les coupures à répétition n’en viennent qu’à endommager certains de leurs appareils.

«Hydro-Québec m’a suggéré de m’acheter un parasurtenseur pour mon panneau électrique. Mais est-ce que c’est à nous d’investir 500$ pour régler un problème avec lequel on a rien à voir», questionne Anne-Marie Lemieux qui a entrepris des démarches avec la société d’État dès janvier 2015 pour régler le problème.

À ce jour, le couple soutient que rien n’a changé, malgré deux lettres et plusieurs appels. En fait, Mme Lemieux et M. Nicol se disent exaspérés «de se faire remplir» par Hydro-Québec. «On nous a dit que ça pouvait être causé par des petites bêtes ou la végétation. C’est rire des gens. On arrive du quartier Maizerets à Québec où les écureuils sont gros comme des chats et ça n’a jamais causé de problèmes», lance la femme qui souligne à la blague qu’elle n’en peut plus de reprogrammer l’heure sur sa cuisinière et son four micro-ondes.

Travaux d’élagage

De son côté, la société d’État assure que les problèmes des résidents de Saint-Philémon n’ont rien à voir avec la mise en service du parc éolien. En fait, les coupures seraient causées par les nombreux arbres qui se trouvent dans le secteur. Hydro-Québec indique que le dernier élagage dans le secteur datait de 2010.

«C’est une zone qui est agricole et forestière et nous avons souvent des problèmes avec le contrôle de la végétation. Rapidement on a entrepris des opérations de déboisement et d’élagage dans les zones plus à risque. Ça fait déjà un an qu’une opération majeure a été entreprise», indique Geneviève Gourde, précisant que l’élagage de la ligne devrait être complété d’ici la prochaine année.


Quant au nombre de coupures et pannes causées par ces problèmes de végétation, Mme Gourde affirme qu’ils sont effectivement hors-norme. «C’est tout simplement inacceptable. Ce ne sont absolument pas des chiffres dans la normalité et on va tout faire pour régler le problème», souligne la porte-parole de l’organisme.

La direction de Capstone Infrastructure indique quant à elle que les installations de son parc éolien subissent les mêmes pannes que les résidents.  La compagnie précise toutefois que les problèmes de ce type relevaient d’Hydro-Québec et de son réseau.

«Généralement, toute panne vécue par des résidents connectés à une ligne de distribution est associée à des problèmes du système d’Hydro-Québec», explique Amanda Dillon, porte-parole de l’entreprise, ajoutant que «des mécanismes prévenant les problèmes électriques en provenance du parc éolien sont en place».

Du jamais-vu en 71 ans

Paul-Émile Nicol habite la même maison de la route 281 depuis 71 ans et assure n’avoir jamais eu autant de pannes d’électricité que depuis l’arrivée du parc éolien. «Avant on comptait les pannes sur les doigts d’une main dans une année. Aujourd’hui on a de la misère à faire une semaine sans manquer de courant», affirme le septuagénaire qui en a assez de la situation.

L’homme habite la même maison de la route 281 depuis son enfance. Il y a grandi et connaît le secteur comme le fond de sa poche. Pour lui, il est impossible que des animaux ou la végétation causent les problèmes d’électricité comme l’a prétendu Hydro-Québec. «Des écureuils il y en avait avant, des arbres aussi, pourtant on ne manquait jamais de courant avant», soupire-t-il.

Fermer le courant

Depuis qu’il a dû remplacer un réfrigérateur endommagé après une panne quelque temps après la mise en service du parc éolien, le septuagénaire prend les grands moyens pour éviter les bris. «Quand ça commence à flasher, je descends dans la cave pour aller fermer le main (l’alimentation principale) directement dans le panneau électrique pour pas que rien ne saute», explique l’homme qui ne trouve pas normal de devoir prendre toutes ces précautions.

M. Nicol ajoute qu’au final, l’installation du parc éolien de Saint-Philémon aura été pour lui et ses voisins qu’un ensemble de problèmes dont ils se seraient bien passés.

«Ils ont défait une partie de mon terrain pour réussir à tourner dans le rang avec les camions, ils ont condamné une de mes entrées et quand tout est fini, on a des problèmes d’électricité. Pour nous autres, ça va avoir été juste du trouble», laisse tomber Paul-Émile Nicol.

Les pannes chez Anne-Marie Lemieux et Denis Nicol

Depuis le 24 décembre 2014 :

  • 179 pannes et coupures recensées
  • Moyenne de 4,7 pannes et coupures par mois
  • Parfois jusqu’à 10 coupures dans la même journée
  • De quelques secondes à plusieurs heures
  • Plus longue panne : 22 heures
  • 12 coupures depuis le début de 2018

Le Parc éolien communautaire de Saint-Philémon

  • 8 éoliennes
  • Capacité de 24 mégawatts
  • Promoteurs : Capstone Infrastructure et la MRC de Bellechasse
  • Projet d’environ 65 M$