/news/politics
Navigation

Laval récupère la moitié de ce qu'elle devait verser à Groupe Hexagone

Le maire de Laval, Marc Demers
Photo d'archives Agence QMI, TOMA ICZKOVITS Le maire de Laval, Marc Demers

Coup d'oeil sur cet article

LAVAL | La Ville de Laval est parvenue à s'entendre avec Groupe Hexagone afin d'économiser 4,5 millions $ sur les 9,5 millions $ que l'entreprise lui réclamait pour 13 contrats d'asphaltage et de rénovations de deux usines d'eau potable.

L'an dernier, la Ville avait placé 9,5 millions $ en fidéicommis, le temps de parvenir à s'entendre avec l'entreprise qui se trouve sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité.

En vertu de l'entente hors cour entérinée par la Cour supérieure du Québec, la Ville récupérera finalement 4,5 millions $ sur le montant qu'elle devait à Groupe Hexagone. En somme, elle ne versera que 5 millions $ sur les 9,5 millions $ qu'elle devait à l'entreprise.

«Ce règlement avec Groupe Hexagone démontre que la Ville de Laval est résolue dans ses démarches visant à récupérer des sommes injustement détournées dans le cadre de l'octroi ou de la gestion de ses contrats publics. En bout de ligne, cet argent récupéré profite à l'ensemble des Lavallois», a déclaré le maire de Laval, Marc Demers, dans un communiqué mercredi soir.

La Ville compte utiliser la somme épargnée pour payer comptant des immobilisations, évitant ainsi d'avoir à faire des emprunts.

En 2013, le Groupe Hexagone avait fait l'acquisition d'entreprises de l'entrepreneur Tony Accurso. L'entreprise s'est toutefois placée à l'abri de ses créanciers environ trois en plus tard, en février 2016.

Le montant de 5 millions $ obtenus par Groupe Hexagone de la part de Laval servira à payer les créanciers de l'entreprise.