/news/politics
Navigation

Le ministre Laurent Lessard quittera-t-il la vie politique?

Le ministre Laurent Lessard fait durer le suspense sur son avenir politique.
Photo d'archives Simon Clark Le ministre Laurent Lessard fait durer le suspense sur son avenir politique.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Laurent Lessard, dit réfléchir à l’idée de laisser sa place à la relève alors que les élections générales du 1er octobre prochain s’en viennent à grands pas.

Du même souffle, le député de Frontenac-Lotbinière affirme toutefois que son équipe est déjà sur la ligne de départ, la preuve étant qu'il a retenu les services d’un directeur de campagne et mis en place son financement. Alors pourquoi Laurent Lessard fait-il ainsi durer le suspense?

«C'est vrai que je n'ai pas encore annoncé si je me représentais, mais tout le processus est enclenché», a dit le principal intéressé en entrevue avec TVA Nouvelles.

Le ministre libéral fait de la politique sur la scène provinciale depuis son élection en 2003. Il prendra quelques semaines avant de confirmer ou non son retour pour un autre mandat de quatre ans.

«Il y a toujours cette question-là qui me chicote encore, c'est-à-dire, comment on fait de la place à la relève? Il faut que je précise ça dans ma tête pour être cohérent avec moi-même», a dit M. Lessard.

Selon le dernier sondage Léger, les intentions de vote des libéraux sont à leur plus bas, alors que la Coalition avenir Québec domine avec 37 % des voix, loin devant le Parti libéral du Québec (26 %), le Parti québécois (22 %) et Québec solidaire (9 %).

Laurent Lessard affirme que ces chiffres n'ont pas d’effet sur sa réflexion. «Si on se fiait toujours aux sondages, il n'y a plus personne qui se présenterait pour le Parti québécois ou pour Québec solidaire. Moi, je suis tout investi dans la représentation de ma région. Moi, avant tout, je suis quelqu'un qui y va pour ma région», a laissé entendre M. Lessard, qui est aussi le ministre responsable de la région du Centre-du-Québec.

Besoin de nouveaux visages en Estrie

En Estrie, les libéraux auront besoin de nouveaux visages. Leurs députés Karine Vallières, Pierre Reid et Guy Hardy ne se représenteront pas. Ghislain Bolduc est en réflexion, alors que Pierre Paradis, toujours en convalescence depuis sa commotion cérébrale, demeure exclu du caucus à la suite d’allégations de gestes à caractère sexuel sur une employée de son cabinet.

Seul le ministre de la Famille, Luc Fortin, a confirmé qu'il sera candidat dans Sherbrooke.

On estime qu'au total une quinzaine de députés libéraux seraient soit en réflexion ou ont déjà annoncé leur retrait de la vie politique.