/sports/soccer/impact
Navigation

Pas de panique chez l’Impact

Ken Krolicki de l'Impact de Montréal tente de bloquer Marcel de Jong des Whitecaps de Vancouver, lors de l'affrontement en ouverture de saison de la MLS dimanche dernier.
Photo Agence QMI, KEVIN HILL Ken Krolicki de l'Impact de Montréal tente de bloquer Marcel de Jong des Whitecaps de Vancouver, lors de l'affrontement en ouverture de saison de la MLS dimanche dernier.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Malgré la défaite subie aux mains des Whitecaps de Vancouver en ouverture de saison, dimanche, les joueurs de l’Impact de Montréal ne croient pas qu’il y a lieu de s’inquiéter.

L’Argentin Ignacio Piatti, qui agissait à titre de capitaine pour ce premier test, a d’ailleurs tenu à faire taire les critiques qui ont émané après ce premier résultat.

«C’est juste un match, ce n’est pas 15 matchs, a vivement répliqué Piatto lorsque questionné à propos des critiques, mercredi, avant l’entraînement matinal. S’ils pensent [que l’équipe ne connaîtra pas de succès cette saison], d’accord, mais moi je ne pense pas ça.»

«C’est simplement un match et on a perdu contre une équipe qui joue bien à Vancouver. Ça s’est terminé 2-1, mais on aurait pu faire 2-2 en fin de match. On va bien, on a une mentalité forte, et il faut continuer. On est satisfait, on a confiance en ce système.»

«C’est plate à entendre, a quant à lui avancé le Québécois Samuel Piette. Mais nous avons un groupe uni qui croit en ses capacités. On ne s’en fait pas trop avec les critiques.»

Une bonne performance

De l’avis de Piette, le Bleu-Blanc-Noir a offert une performance satisfaisante malgré le revers, en Colombie-Britannique.

«C’est sûr qu’il y a de la déception, mais c’est de la déception envers le résultat et non la performance, a avancé Piette. On est contents de ce qu’on a fait dimanche. C’est positif pour le prochain match.»

«On a appliqué le plan de match, les idées étaient très très claires. Je sais que pour certains, ça semblait être un match où on s’est fait dominer, mais nous avons exécuté le plan. J’ai vu ça un peu comme un match d’échecs où on a bien placé nos pions.»

Adaptation

La formation montréalaise a subi une véritable mutation lors de la saison morte. Piette n’a pas caché qu’il fallait s’attendre à une période d’adaptation avant que tout ne soit réglé au quart de tour.

«Il y a eu beaucoup de changements, de nouveaux joueurs, de nouveaux entraîneurs, et c’était le premier match de la saison, a expliqué l’athlète de 23 ans. Il y avait un peu de nervosité. Ça prendra un peu de temps pour s’adapter. Mais maintenant, la glace est brisée, alors on attaque les prochains matchs en force.»

«C’est important de rester fort entre nous, de savoir ce qu’on est capables de faire. Peu importe ce que les gens disent.»