/news/society
Navigation

Gestes qui sauvent des vies: de nouveaux pouvoirs pour les ambulanciers et les policiers

Bloc ambulance
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Québec va bientôt donner de nouveaux pouvoirs aux ambulanciers et aux policiers afin qu'ils puissent poser des gestes cruciaux pouvant sauver des vies.

Ils pourront désormais utiliser des outils pour intervenir sur un patient dont les voies respiratoires sont bloquées, pour ensuite retirer ce qui pose problème.

Ils seront aussi autorisés à faire l'entretien de certains dispositifs médicaux, ce qui sera utile quand ils vont transférer les patients d'un endroit à l'autre.

«Les [paramédicaux] vont pouvoir transporter les patients, assurer la surveillance clinique, sans qu'une infirmière soit nécessaire pour effectuer le transport entre deux établissements», a expliqué Diane Verreault, directrice chez Urgences-santé.

Les policiers pourront aussi poser un geste qu'ils n'avaient jusqu'à maintenant pas le droit de poser. C'est-à-dire que, lorsqu'ils arrivent sur les lieux d'un accident et que quelqu'un a une plaie ouverte, ils vont pouvoir utiliser une technique qui est déjà enseignée dans les cours de secourisme, c'est-à-dire de «paqueter» la plaie avec des pansements. Jusqu'à maintenant, il fallait l'accord des médecins pour faire ces manipulations.

«Qu'est-ce qu'on peut leur permettre de plus avec une formation adaptée, pour qu'ils puissent vraiment faire la différence? Parce qu'ils sont souvent les premiers sur les lieux. Ce ne sont pas les médecins qui sont les premiers sur les lieux», a dit le Dr Jean-Bernard Trudeau, secrétaire général adjoint au Collège des médecins.

Le Collège permettra bientôt à d'autres professionnels de poser des gestes réservés jusqu'ici aux médecins. Ce sera notamment le cas pour les diététistes et les physiothérapeutes.