/entertainment/movies
Navigation

Oscars : où sont les femmes

US-OSCARS-SHOW
Photo AFP Frances McDormand a plaidé en faveur des femmes et des minorités en acceptant­­­ l’Oscar de la meilleure actrice, dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

L’actrice Frances McDormand a frappé fort dimanche soir aux Oscars en demandant à toutes les femmes nommées pour un prix de se lever et en rappelant aux décideurs qu’elles avaient elles aussi des projets à proposer. Il y a trois ans, sur la même scène, Patricia Arquette avait aussi ému la salle en livrant un vibrant plaidoyer pour l’égalité des sexes.

Il faut croire que malgré les beaux discours et les prises de position en faveur de la parité, les choses ne changent pas si vite que cela à Hollywood. Dans son monologue d’ouverture du gala, l’animateur Jimmy Kimmel a lui-même soulevé le problème en soulignant que seulement 11 % des films hollywoodiens avaient été réalisés par des femmes cette année.

Le gala venait à peine de se terminer que les médias spécialisés hollywoodiens dévoilaient d’autres statistiques révélatrices : si on exclut les quatre catégories d’acteurs et d’actrices, seulement 47 femmes (contre 150 hommes) ont obtenu une nomination aux Oscars cette année. Et au bout du compte, seulement quatre femmes (contre 32 hommes) ont été récompensées dimanche.

Bref, on a fait grand cas du fait que Greta Gerwig (Lady Bird) était devenue la cinquième femme de l’histoire à être nommée pour le prix de la meilleure réalisation, mais on a ignoré l’essentiel : la soirée des Oscars est encore essentiellement un party de gars.

Loin du compte

Il y a deux ans, en réaction à la controverse #OscarsSoWhite (Des Oscars si blancs), l’Académie des Oscars avait annoncé une réforme qui lui permettrait de diversifier ses membres, qui sont reconnus depuis longtemps comme étant en grande majorité des hommes blancs âgés. Sa promesse était ambitieuse : doubler d’ici 2020 le nombre de membres femmes ou venant de minorités ethniques.

Or, les résultats ne sont pas concluants pour l’instant. En ce moment, les femmes ne représentent que 28 % des 7258 membres de l’académie (contre 25 % en 2016). On est encore très loin de l’objectif initial d’atteindre les 48 % de membres féminines en 2020.

La fameuse clause d’inclusion (inclusion rider), que Frances McDormand a mentionnée dans son discours de remerciement et qui permettrait aux acteurs d’exiger une meilleure représentation des minorités (dont les femmes et les groupes ethniques) au sein de l’équipe des films dans lesquels ils jouent, pourrait aider à assurer la parité sur les plateaux de tournage. Mais encore faut-il que ces acteurs demandent que cette clause soit appliquée quand ils négocient leur contrat.

Pour franchir un pas de plus vers la parité, il faudrait idéalement qu’il y ait plus de femmes dans des postes de pouvoir à Hollywood. À l’heure actuelle, six des sept grands studios hollywoodiens sont dirigés par des hommes. Du côté de la réalisation, on apprenait cette semaine que seulement neuf femmes cinéastes dans l’histoire avaient réalisé des films dont le budget dépasse les 100 M$. En d’autres mots, on préfère encore confier les gros projets à des hommes. Il y a donc encore beaucoup de chemin à faire.


Le chiffre de la semaine: 28 %. Le pourcentage de femmes parmi les 7258 membres de l’Académie des Oscars


La citation de la semaine: « Oscar est l’homme le plus respecté à Hollywood parce qu’il garde ses mains là où on peut les voir, qu’il ne dit jamais un mot déplacé et surtout parce qu’il n’a pas de pénis »

L’animateur des Oscars, Jimmy Kimmel

Mes choix de la semaine

US-OSCARS-SHOW
Photo courtoisie

Au cinéma : Un raccourci dans le temps

La diversité est à l’honneur dans cette nouvelle aventure familiale de Disney qui a été réalisée par une femme noire (Ava DuVernay) et dont l’héroïne principale est une jeune actrice de couleur (Storm Reid). Reese Witherspoon, Mindy Kaling et Oprah Winfrey y incarnent trois créatures surnaturelles qui viennent en aide à une adolescente qui doit retrouver son père dont la vie est en danger.

Sur DVD et VSD : Lady Bird

Un de mes coups de cœur de 2017, cette charmante comédie douce-amère réalisée par Greta Gerwig brosse un portrait drôle, sensible et touchant d’une adolescente de 17 ans un brin rebelle qui rêve de quitter sa ville natale et qui entretient une relation compliquée avec sa mère. Un beau film sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte.

À la télé : Les femmes du 6e

US-OSCARS-SHOW
Photo courtoisie

Dans cette savoureuse comédie du réalisateur français Philippe Le Guay (Molière à bicyclette), le toujours excellent Fabrice Luchini se glisse dans la peau d’un agent de change parisien qui apprend enfin à s’amuser et à s’ouvrir à la vie après avoir fait la rencontre d’un groupe de femmes de ménage espagnoles vivant au sixième étage de son immeuble. À voir dimanche à 21 h sur les ondes de Télé-Québec.