/world/europe
Navigation

Stationnement à Paris: des centaines d’amendes infligées illégalement

Coup d'oeil sur cet article

Paris | Des centaines d’amendes infligées illégalement et des milliers de faux contrôles: le stationnement à Paris était jeudi au centre d’une nouvelle polémique sur la place de la voiture dans la capitale française.

Selon la radio RTL, des salariés de la société Streeteo, sous-pression pour verbaliser, ont été autorisés à dresser des amendes alors qu’ils n’en avaient pas l’autorisation, ce qui rend la sanction illégale.

«J’étais responsable de 20 agents, parmi ces agents-là, certains n’étaient pas assermentés. À un moment, on a reçu des consignes qui venaient de nos supérieurs qui leur ont dit clairement de mettre des (amendes) même si on n’était pas assermentés», explique un ex-employé de Streeteo au micro de RTL.

Dans un communiqué, la société Streeteo, qui a diligenté une enquête interne, a réagi en indiquant «avoir identifié des pratiques internes inappropriées, y compris de la part de certains cadres, menées évidemment à son insu», sans plus de précisions.

La mairie de Paris a annoncé de son côté que les contraventions de stationnement illégalement infligées seraient «annulées».

Mercredi déjà, Streeteo s’était retrouvée dans la tourmente après des révélations de l’hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné, confirmées par la Ville de Paris, selon lesquelles des agents avaient effectué des milliers de contrôle de stationnement fictifs, pour remplir les quotas.

Des employés de Streeteo saisissaient des immatriculations de véhicules flashés par les véhicules de la compagnie qui sillonnent les rues, en prétendant les contrôler, mais sans quitter leur bureau, selon Le Canard.

«Dès que ces infos ont été portées à sa connaissance, la Ville a rappelé son prestataire très fermement à l’ordre», a indiqué mercredi soir Christophe Najdovski, adjoint de la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo.

L’élue, surnommée la «maire antivoitures», est déjà la cible de nombreuses attaques, notamment pour avoir interdit certaines berges de la Seine à la circulation, dans le but annoncé de juguler la pollution.