/lifestyle/techno
Navigation

Facebook s’associe à des médias reconnus pour favoriser les nouvelles de dernière heure

Le Journal de Montréal est le seul média francophone canadien à pouvoir tester sa fonction «Flash spécial / Breaking news»

Facebook s’associe à des médias reconnus pour favoriser les nouvelles de dernière heure
AFP

Coup d'oeil sur cet article

En réaction à la propagation des «fake news», le réseau social Facebook s’associe à plus d’une cinquantaine de médias reconnus et réputés à travers le monde – dont le Journal de Montréal – pour mettre de l’avant les nouvelles de dernière heure.

Quatre éditeurs canadiens participent à la version bêta de cette nouvelle fonctionnalité: Global News, CityNews, CBC ainsi que le Journal de Montréal, le seul média francophone canadien du lot. Ces médias peuvent donc sélectionner un certain nombre de nouvelles par semaine et les identifier comme des informations de dernière heure (breaking news an anglais, flash spécial en français). Ces publications sont ensuite exposées à davantage d’abonnés dans le fil de nouvelles de Facebook. 
 
«Nous sommes heureux de voir que Facebook cherche à promouvoir le travail des médias qui sont réellement sur le terrain pour rapporter l’information le plus rapidement possible», note Mathieu Turbide, vice-président, Contenu numérique chez Québecor et responsable de la stratégie numérique du Journal de Montréal. «Nous surveillerons de près les résultats de ce test sur nos audiences. Nous testerons notamment quel type de nouvelles fonctionne le mieux avec cet outil et répond davantage aux attentes de nos lecteurs».

Succès aux États-Unis

Une première vague de tests a eu lieu du 8 décembre 2017 au 14 janvier 2018 aux États-Unis alors que certains médias ont pu ajouter la mention «Breaking News» à certaines de leurs publications.

Les éditeurs consultés ont noté une hausse de partages (11 % de plus), de commentaires (4 %), de clics (4 %) et de mentions «j’aime» (7 %).

Au Washington Post, on se dit emballé par la réaction des abonnés. «Nous sommes ravis de collaborer avec Facebook pour diffuser nos nouvelles de dernière heure», note Dave Merrell, chef de produit principal. «Nous sommes aussi sommes enthousiastes – mais pas surpris – de voir nos lecteurs répondre comme ils l’ont fait».

Merrell s’explique: «fournir des informations exactes et rapidement a toujours été au cœur de notre mission, et [comme on peut se laisser prendre dans le tourbillon d’information du moment], nous voulons que nos lecteurs puissent facilement identifier quand on publie de nouveaux reportages [sur les événements de l’heure]»

  • On peut s’abonner à la page Facebook du Journal de Montréal en cliquant ici.