/opinion/columnists
Navigation

Panique à la caserne

Coup d'oeil sur cet article

En pleine nuit, une sirène appelle au feu tous les libéraux...

Le signal d’alarme, ce sont ces sondages qui indiquent que le PLQ serait sous la barre des 20 % chez les francophones. Depuis, les porte-parole libéraux en sont à chercher les tuyaux, les lances et la grande échelle.

Et ce faisant, ils alimentent le feu.

Ridicule

Le carburant dont se nourrit ce brasier, ce sont les attaques complètement disproportionnées qu’on dirige vers la Coalition avenir Québec, loin devant dans les sondages.

En début de semaine, la ministre de la Condition féminine, Hélène David, a commenté la proposition de la CAQ d’instaurer une forme de « bébé bonus » en disant qu’une telle mesure culpabiliserait les femmes pour qu’elles restent à la maison.

Comprenons-nous bien : il est tout à fait légitime de critiquer cette idée, notamment en évoquant le caractère douteux de son efficacité. Il est toutefois complètement ridicule de prétendre que quelqu’un pourrait se sentir forcé d’avoir un enfant qu’il ne désire pas pour quelques milliers de dollars.

Impolitesse

On a vu le même manège de l’autre côté de l’Atlantique, d’où le chef du Parti libéral s’est permis de comparer la CAQ à certains mouvements populistes européens, comme le Mouvement 5 étoiles en Italie.

Ce n’est pas la première fois que Philippe Couillard s’autorise l’impolitesse de traîner nos débats locaux lors de ses déplacements diplomatiques, s’adonnant à des parallèles douteux et incendiaires, au mépris des tensions qui traversent les pays qu’il visite. Il est également à noter que ces sorties rendues insignifiantes par l’ampleur de leur exagération sont diffusées avec discipline par les relationnistes libéraux.

Si la tendance se maintient, la menace d’une décote du Québec suivant l’élection d’un gouvernement caquiste devrait donc survenir d’une semaine à l’autre.

Avec pour résultat, toujours le même, d’alimenter un retour de feu qui viendra griller les sourcils des pompiers libéraux. Souhaitons-leur de retrouver leurs tuyaux avant que tout le quartier n’ait brûlé !