/weekend
Navigation

Both Sides of the Sky: Kramer fait revivre Hendricks

Eddie Kramer
Photo courtoisie Chris Lopez Eddie Kramer

Coup d'oeil sur cet article

Depuis son tragique décès à Londres, en septembre 1970, plusieurs albums de Jimi Hendrix avec du matériel inédit ont fait leur apparition. Lancé vendredi, Both Sides of the Sky met un terme à une dernière série de découvertes archéologiques dans les archives ­du célèbre guitariste.

L’album, qui contient 13 pièces, dont 10 jamais « endisquées », est le dernier volet d’une trilogie entamée avec les albums Valleys of Neptune et People, Hell and Angels, lancés en 2010 et 2013.

On retrouve des collaborations avec Stephen Stills, Lonnie Youngblood, Johnny Winter et un clin d’œil à la série télévisée Batman.

Le réalisateur Eddie Kramer, qui a travaillé sur cette trilogie et sur tous les albums que Jimi Hendrix a faits de son vivant, jure que le coffre aux trésors est vide. « Il reste peut-être encore des petits bouts de chansons ici et là, mais rien qui permettrait d’en faire un album », a laissé tomber le réalisateur, qui a travaillé avec Led Zeppelin, les Stones, les Beatles, David Bowie, Kiss et plusieurs autres pointures de la musique rock.

Eddie Kramer précise que la prochaine étape entourant l’héritage musical du guitariste gaucher originaire de Seattle, concernera le lancement de plusieurs enregistrements en concert.

« On a plusieurs enregistrements en spectacle qui sont absolument fantastiques, des images tournées qui sont magnifiques, et on a l’intention de mettre ça sur le marché au cours des prochaines années », a-t-il indiqué.

Le réalisateur est incapable de se mettre dans la tête du musicien et préciser si ces titres se seraient retrouvés sur disque, s’il n’était pas décédé dans une chambre d’hôtel à Londres.

« En 1968 et surtout en 1969, Jimi était dans une période où il passait beaucoup de temps au Record Plant Studio à New York pour expérimenter. Il aimait répéter et improviser avec ses musiciens. Le ruban d’enregistrement tournait et il est important de mentionner que le temps de studio était très dispendieux à cette époque. Ce qui nous a permis de trouver beaucoup de choses intéressantes qui sont devenues la base de cette trilogie », a-t-il expliqué.

L’homme de 75 ans indique que ces chansons étaient en construction et presque complétées.

« Ce matériel est fantastique et permet au public d’entendre sur quoi travaillait Jimi avant son décès », a fait remarquer le réalisateur.

Batman

Le réalisateur américain explique aussi la présence de quelques notes de la chanson thème de Batman, sur la pièce Lover Man. Le guitariste était un fan de la série télé qui mettait en vedette Adam West.

« Jimi avait un méchant sens de l’humour en studio. Le trio était plongé dans le blues et dans la musique, mais les gars aimaient aussi regarder la télévision. Jimi était une éponge musicale et il pouvait reproduire n’importe quoi. Il pouvait lancer des choses comme ça, comme le thème de Batman, Superman et Peter Gunn, pour faire rire le groupe. Le travail en studio est parfois long, ne se déroule pas toujours comme on le souhaite et Jimi aimait faire ça pour faire rire le groupe et détendre l’atmosphère », a-t-il fait savoir.

Eddie Kramer a travaillé durant un an pour restaurer ces titres enregistrés en 1968, 1969 et 1970, avec la formation Band of Gypsys, constituée d’Hendrix, Billy Cox et Buddy Miles.

« On a mis beaucoup d’efforts afin de s’assurer que ces chansons sonnent comme si elles étaient toutes fraîches et qu’elles venaient tout juste d’être enregistrées. J’ai combiné le meilleur des technologies analogues et numériques pour en arriver à ce résultat. Il fallait conserver un côté brut, que ça sonne gros et que ça soit explosif », a-t-il indiqué.


♦ Both Sides of the Sky est disponible, depuis vendredi, dans une multitude de formats.