/investigations/truth
Navigation

Justin Trudeau s’est trompé

Kirsty Duncan
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, sont des expertes dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'énoncé

Deux fois plutôt qu’une, le premier ministre canadien a présenté cette semaine la ministre des Sciences, Kirsty Duncan, comme étant lauréate d’un prix Nobel.

Justin Trudeau a mentionné que Mme Duncan est « une scientifique “récipiendaire” d’un prix Nobel » au cours d’une discussion avec l’animateur américain Bill Nye, mardi, à l’Université d’Ottawa.

Il vantait l’engagement de son gouvernement à mettre la science de l’avant en énumérant plusieurs scientifiques de renom qui font partie de son groupe d’élus.

Mercredi, il a encore souligné au passage que Mme Duncan avait remporté un prix Nobel, cette fois dans un événement à Toronto.

Les faits

M. Trudeau s’est trompé : la ministre Duncan n’a jamais personnellement gagné de prix Nobel.

C’est plutôt le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC), dont elle a déjà fait partie, qui a remporté pareille distinction en 2007 avec l’ex-vice-président américain Al Gore.

Cinq ans plus tard, l’IPCC prenait soin de préciser dans un communiqué que « le prix a été remis à l’IPCC en tant qu’organisation et non à quiconque associé à l’IPCC ».

Dans la biographie de Mme Duncan sur le site web du premier ministre, la référence au prix Nobel est faite adéquatement.

La ministre, qui détient un doctorat en géographie, a été professeure agréée en études de la santé, conférencière sur des enjeux comme les changements climatiques et se spécialise aussi en plans d’intervention en cas de pandémie.