/opinion/columnists
Navigation

Profession: médecin

Bloc médecin santé
Photo Fotolia Les médecins du Québec veulent être plus que riches.

Coup d'oeil sur cet article

Les médecins ont toujours fait partie de l’élite sociale. Avec des privilèges associés à leur profession. Au Québec, les docteurs se promenaient dans des Cadillac ou des Lincoln et leur plaque d’immatriculation automobile indiquait MD. Cela leur évitait les contraventions pour excès de vitesse, mais les obligeait aussi à secourir des blessés en cas d’accident.

Dans les campagnes, on appelait leur épouse « Madame Docteur » et en classe les enseignants accordaient un peu plus d’attention aux enfants du docteur. Les médecins de campagne pouvaient passer vingt-quatre heures sans dormir en allant accoucher les femmes chez elles dans les rangs éloignés. Et évidemment, les docteurs étaient les riches des villages. C’était normal.

Les médecins sont de grands sorciers qui côtoient la mort. Ils sont entourés de malades qui dépendent d’eux, ce que ne pourraient supporter la plupart des gens, même ceux qui ne sont pas hypocondriaques.

Médecine comme art

Les médecins ont longtemps été formés dans les valeurs humanistes. D’ailleurs, de nombreux médecins du passé étaient aussi des personnes cultivées, mélomanes, littéraires, grands voyageurs. À l’époque la médecine était une science, mais aussi un art.

La révolution technologique a transformé l’être humain et la médecine en particulier. On recrute des étudiants doués d’abord en sciences. Sans trop se soucier de la qualité humaine des futurs médecins. Ce sont désormais des techniciens hautement spécialisés. Qui ne se fient qu’aux machines pour poser un diagnostic. Autrement dit, la médecine moderne est à des années-lumière de celle pratiquée il y a cinquante ans.

Les médecins du Québec ne veulent plus être riches, mais plus que riches. Les dirigeants de leurs ordres professionnels, Gaétan Barrette en tête, ont obtenu mer et monde pour eux. Avec un premier ministre neurochirurgien, qui a donné cinq ans de sa vie aux malades d’Arabie saoudite plutôt qu’aux contribuables québécois qui avaient payé ses études, on ne se surprendra de rien.

Hostilité

Tous les médecins ne sont pas à l’aise avec l’accord maudit signé­­­ entre leurs représentants et l’État. Un médecin « normal » souhaite être apprécié, mais aussi respecté par ses patients. L’hostilité de la population à l’endroit du corps médical en blesse plusieurs.

Le gouvernement Couillard et ses collègues corporatistes ont rançonné la population allant jusqu’à tarifer le port d’une jaquette, décision annulée gracieusement par Diane Francœur, la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

Celle-ci s’inspirant de Donald Trump s’en prend au travail des médias, supposément des agitateurs anti-médecins. Avec un tel esprit et un tel appétit pécuniaire, la Dre Francœur est-elle représentative des femmes médecins qui sont en train de devenir majoritaires dans leur profession ?

Les dix médecins qui gagnent plus d’un million par an et le revenu frôlant le million de dollars de nombre d’autres en disent long sur le dysfonctionnement de notre société. Sur l’absence d’éthique d’une élite et plus largement sur l’indécence de la distribution politique de la richesse à une classe totalement entretenue par l’État grâce aux contribuables.

Honte à tous les médecins adorateurs du veau d’or public.