/travel/destinations
Navigation

Souvenirs de voyages: cafés célèbres de Paris

Parce que les Parisiens aiment la diversité, ce « café à l’allemande », donc une brasserie, joue également un rôle culturel important depuis 
un siècle. Dans les années 1970, j’y ai déjà vu Georges et Claude Pompidou (et leurs gardes du corps intimidants) assis non loin de moi.
Photo courtoisie, Gilles Proulx Parce que les Parisiens aiment la diversité, ce « café à l’allemande », donc une brasserie, joue également un rôle culturel important depuis un siècle. Dans les années 1970, j’y ai déjà vu Georges et Claude Pompidou (et leurs gardes du corps intimidants) assis non loin de moi.

Coup d'oeil sur cet article

Paris est la seule ville à avoir de « célèbres cafés ». Pouvez-vous me nommer un autre « célèbre café » d’une autre grande capitale ? Non ? C’est normal.

C’est à Paris que le café comme établissement s’est mis à faire partie des mœurs des artistes à succès et des intellectuels influents, jusqu’à devenir une sorte de deuxième chez soi pour maints Français, un peu comme ce fut longtemps le cas des pubs en Grande-Bretagne (où cette tradition disparaît).

Les Deux Magots
Photo courtoisie, Gilles Proulx
Les Deux Magots

En plein Paris, certains cafés fréquentés par des gens célèbres sont devenus des références mondiales. La preuve, en sortant de l’avion, le touriste demande à aller voir le Café de Flore ou Les deux Magots ou le Café de la Paix qui rappellent la période existentialiste, et où se sont écrit maintes pièces de théâtre.

Incroyable de penser que si les philosophes grecs avaient l’agora pour lieu de rencontre animé, les Français avaient... les cafés ! Combien de millions de cigarettes Gitanes ont été grillées dans ces murs ?

Ce fumeur à la terrasse d’un café m’a 
semblé emblématique d’une époque 
de Paris qui n’existe plus.
Photo courtoisie, Gilles Proulx
Ce fumeur à la terrasse d’un café m’a semblé emblématique d’une époque de Paris qui n’existe plus.

Le café restaurant des Deux Magots a eu pour clients réguliers Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Stéphane Mallarmé, André Breton, André Gide, Jean Giraudoux, Pablo Picasso, Fernand Léger, Jacques Prévert, Ernest Hemingway, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, etc. Rien que ça ! Depuis les années trente, le café décerne un prix littéraire.

Le Café de Flore demeure un lieu culturel influent depuis le 19e siècle. Plusieurs centaines de personnalités littéraires et artistiques l’ont fréquenté. L’écrivain Frédéric Beigbeder y décerne un prix littéraire.

Le bar Hemingway du Ritz est un autre lieu fort couru des touristes. On y ingurgite plus de whisky que de café.
Photo courtoisie, Gilles Proulx
Le bar Hemingway du Ritz est un autre lieu fort couru des touristes. On y ingurgite plus de whisky que de café.

Le Café de la Paix a eu pour habitués le compositeur russe Tchaïkovski ou les écrivains Émile Zola et Maupassant.

Québec et Montréal sont toujours fortement influencés par ce concept du « café » où les clients peuvent étudier ou travailler... établissements difficiles à trouver dans certains pays. La rue Bernard, notamment, avec ses Enfants terribles et le café Cherrier sont, par exemple, des imitations dans l’esprit français. La chaîne américaine Starbucks a popularisé et « mcdonaldisé » la chose.