/sports/others
Navigation

Béatrice Lamarche et David La Rue couronnés au départ groupé

Coup d'oeil sur cet article

Les patineurs de vitesse longue piste Béatrice Lamarche et David La Rue prenaient part, dimanche après-midi, à leur dernière course dans les rangs juniors. Ils s’en souviendront sans doute longtemps. Sur la glace pour leur finale respective du départ groupé aux Championnats du monde juniors, les deux Québécois ont été les premiers à rallier la ligne d’arrivée et sont montés sur la plus haute marche du podium.

David La Rue était le premier surpris de son succès à cette épreuve, lui qui a presque failli déclarer forfait. «Après la poursuite par équipe, je m’arrachais les poumons et je n’arrêtais pas de tousser sans arrêt. J’ai dit à mes entraîneurs de peut-être penser à trouver quelqu’un d’autre, car j’étais vraiment détruit.»

Finalement, le Québécois a décidé de prendre le départ. «Je voulais juste faire la course et la finir.»

Une fois le départ donné, David La Rue n’a plus rien senti. «Je n’avais plus mal du tout. Je voyais les autres trouver ça quand même difficile et moi, j’étais hyper relax», a-t-il mentionné.

Dans le trio de tête avec deux tours à faire, le patineur a su que la victoire était à sa portée. «J’ai attaqué dans le dernier virage en utilisant mes qualités de patineur de vitesse courte piste. J’ai viré vraiment serré, ce qui m’a permis de me détacher.»

En croisant le fil d’arrivée, La Rue a réalisé qu’il était champion du monde junior. «Je ne pouvais pas m’y attendre. Je suis vraiment content», a raconté le patineur de Saint-Lambert.

«C’était une course parfaite»

Si elle espérait un podium au départ groupé, monter sur la première marche du podium était aussi inattendu pour Béatrice Lamarche qui s’est imposée en finale féminine. «Je suis ultra contente. Je n’aurais pas pu demander mieux. C’était une course parfaite», s’est réjouie l’athlète de Québec.

Tactiquement, Lamarche a bien su gérer la course. «Je n’ai pas paniqué quand je me suis retrouvée plus loin derrière. Je suis remontée tranquillement, a-t-elle expliqué. Le rythme a été assez rapide. Ç’a fait en sorte qu’il y avait un peu moins de bousculade. Ça s’est joué dans les deux derniers tours, ce qui m’a avantagée, car j’ai beaucoup de vitesse.»