/entertainment/movies
Navigation

«Prix Écrans Canadiens 2018» : des miettes pour les Québécois

«Prix Écrans Canadiens 2018» : des miettes pour les Québécois
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Alors que de nombreuses productions québécoises étaient en lice dans les différentes catégories des «Prix Écrans Canadiens», la récolte a été assez décevante, dimanche soir, lors de la soirée de gala, animé par Emmy Hunter et Jonny Harris, en direct sur CBC.

Côté cinéma, le film «Hochelaga, Terre des Âmes», de François Girard, s’est tout de même vu remettre quatre trophées sur huit nominations, dans des catégories techniques, comme meilleure direction artistique, meilleures images, meilleur son et meilleurs effets visuels. «Les affamés» de Robin Aubert s’est contenté du prix des meilleurs maquillages.

La comédienne Bahar Nouhian a reçu le prix d’interprétation féminine dans un rôle de soutien pour sa performance dans «Ava», le film de la réalisatrice irano-montréalaise Sadaf Foroughi. Cette dernière a également reçu le Prix pour le meilleur premier long-métrage.

C’est le film «Maudie» de Aisling Walsh qui a été plébiscité en récoltant sept trophées durant la soirée, dont ceux de meilleur film, meilleur scénario, interprète féminine dans un premier rôle, et meilleur acteur dans un second rôle. Ce long métrage racontant la vie de l’artiste Maud Lewis, une peintre canadienne au parcours incroyable, avait été salué par la critique à sa sortie, en avril dernier.

«De père en flic 2» d’Émile Gaudreault, avec Louis-José Houde et Michel Côté, s’est vu décerner le Prix Écran d’or pour un long-métrage pour les meilleures recettes au guichet.

Régime sec

Du côté des nominations en télévision, les Québécois ont été mis au régime sec.

La série «Cardinal», dont la première saison a été réalisée par Podz, est repartie avec un seul trophée, décerné au partenaire de Karine Vanasse, Billy Campbell. La série avait déjà gagné cinq prix, lors du prégala du 8 mars. Billy Campbell a d’ailleurs souligné l’importance de sa partenaire et du réalisateur dans ses remerciements.

Parmi les principaux lauréats, on retrouve la série d’animation jeunesse «Pat Patrouille», qui est repartie avec trois trophées, ainsi que «Kim’s Convenience» - meilleure comédie et meilleure actrice, «The Amazing Race Canada» - meilleure téléréalité et Prix Écran d’or. Finalement, c’est la série «Anne» de Moira Walley-Beckett qui a été couronnée meilleure série dramatique.

Lors du prégala du 8 mars dernier, le Montréalais Jacob Tierney avait reçu deux trophées, meilleurs textes comédie et meilleure réalisation, pour le sitcom «Letterkeny».

Conscience sociale

Menée à un rythme soutenu par le duo d’animateurs, la soirée a réservé quelques moments intéressants comme l’hommage donné à la romancière Margaret Atwood, dont plusieurs œuvres ont été portées à l’écran. Dans ses remerciements, elle a souligné, comme d’autres durant la soirée, son soutien au mouvement «After Me Too», dont le but est de mettre fin à la violence sexuelle dans les milieux de travail.

On retiendra également les discours de remerciement de Paul Sun-Hyung Lee (meilleur acteur dans une comédie pour «Kim’s Convenience») qui a notamment plaidé pour une plus grande représentation des communautés culturelles à la télévision, ainsi que celui de Nabil Rajo, meilleur acteur pour le film «Boost» dont l’action se situe dans le quartier Mile End de Montréal.