/sports/hockey/homepage
Navigation

Un jour à la fois

HKN-NEW-YORK-RANGERS-V-ARIZONA-COYOTES
Photo AFP Alain Vigneault ne participera pas aux séries éliminatoires pour la première fois en neuf saisons.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois en neuf saisons, Alain Vigneault n’amènera pas sa formation en éliminatoires.

Cette séquence ne se terminera pas parce que l’entraîneur des Rangers n’a pas été en mesure de trouver la bonne recette pour mener son équipe dans les séries, mais beaucoup plus parce que la direction de l’équipe a décidé de lui couper l’herbe sous le pied en imposant une vente de feu à la date limite des transactions.

Son capitaine, Ryan McDonagh, ainsi que JT Miller, Rick Nash, Nick Holden et Michael Grabner sont tous partis et maintenant son équipe est en pleine reconstruction.

Alors, quel est l’avenir de Vigneault avec les Rangers, lui qui a encore deux autres années de contrat en poche avec cette organisation ?

« Une journée à la fois, me lance le principal intéressé dans une entrevue sur le bord du vestiaire des Rangers lors de la fin de semaine à Sunrise. Je n’ai même pas parlé de ça (à mes patrons) et je ne suis pas intéressé à le faire parce que pour moi, c’est comme n’importe quelle saison. »

Un cas unique

Combien de fois avez-vous vu une équipe professionnelle jeter l’éponge alors qu’elle est en séries ?

Imaginez un peu la réaction des joueurs et du groupe d’entraîneurs lorsqu’on annonce à tout ce beau monde au début du mois de février qu’il y aura une vente de feu et que la saison est terminée ?

Désormais, la question est de savoir à quoi ressembleront les Rangers la saison prochaine. Avec un groupe de jeunes, est-ce que Vigneault est l’entraîneur-chef que la direction voudra derrière le banc ?

Dites-vous que, si elle décide de faire un changement, ce ne sera pas parce qu’elle ne respecte pas au plus haut point son entraîneur, parce qu’elle n’a que de bons mots à dire.

Mais, en même temps, Vigneault rêve de gagner une coupe Stanley et le processus pourrait être plus long maintenant avec les Rangers.

Gérer le présent

Vigneault n’est évidemment pas habitué de ne plus voir son équipe dans la course aux séries à cette période de l’année. Est-ce une situation facile pour lui ?

« Ce serait mentir de dire que c’est facile. On veut tous gagner, que ce soit les joueurs ou les entraîneurs. Mais il faut aussi gérer la situation qu’on a devant nous au meilleur de notre capacité. Alors notre approche est une journée à la fois. On donne beaucoup de statistiques à nos joueurs et on s’assure d’avoir de bons entraînements. »

La même passion

Et c’est vrai. Il faut voir les entraînements des Rangers pour comprendre que c’est justement Vigneault qui amène de l’entrain.

Il n’accepte pas les demi-mesures et s’assure que le tempo demeure élevé. Par contre, puisque son équipe doit terminer au bas du classement pour avoir une meilleure place au repêchage, est-ce que son patron souhaiterait plutôt qu’elle perde plus de matchs qu’elle en gagne ?

« On n’a pas parlé de ça, assure Vigneault. Mon travail est d’améliorer l’équipe et c’est ce que je fais. Comme j’ai dit à l’équipe lorsqu’on a sorti la lettre pour annoncer les changements, nous on va essayer de gagner tous les matchs et c’est ce qu’on fait. On doit être comme nos partisans la semaine dernière à Tampa. On tirait de l’arrière dans le match et ils scandaient le fameux Let’s go Rangers. Donc on doit être persistant et positif. »

C’est effectivement la seule façon d’approcher les choses présentement chez les Rangers. En passant, si les Devils ne participent pas aux séries cette saison, ce sera la première fois en 52 ans qu’une équipe de la région de New York ne fait pas partie de la danse du printemps.

Enfin miller

Lorsque le Lightning a fait l’acquisition de J.T. Miller à la date limite des transactions, il était clair que le directeur général de l’équipe, Steve Yzerman, voulait gagner la coupe Stanley cette année. On savait que le Lightning voulait acquérir Ryan McDonagh, mais on a été tous surpris de voir que Miller faisait partie de la transaction. Au départ, ce n’était pas le cas, mais lorsque Yzerman a appris qu’il pouvait être échangé à une autre équipe avec laquelle il allait batailler en séries, il a acquiescé aux demandes des Rangers qui voulaient absolument le défenseur Libor Hajek, qui évolue dans la WHL. Ce n’est pas la première fois que Steve Yzerman tentait de mettre la main sur Miller, alors qu’il en avait fait la demande en retour de Martin St-Louis en 2014 ; mais devant le refus des Rangers, il s’était tourné vers Ryan Callaghan.

Un problème à l’horizon ?

L’acquisition de Miller devra devenir payante rapidement parce qu’il faut se demander comment le Lightning sera en mesure de lui faire de la place la saison prochaine. Miller gagne 2,75 M$ cette saison et son salaire devrait doubler car il en est à sa dernière année de contrat. Le Lightning a déjà 69 millions de dollars sur sa masse l’an prochain et même si le plafond pourrait passer à 78 millions de dollars, il sera intéressant de voir si, primo, Miller va demeurer avec l’équipe ou, secundo, s’il signera une entente d’une saison avant de devenir joueur autonome sans compensation ou, tertio, envisager qu’il signe une entente à très long terme. Le Lightning aura de gros choix à faire alors que Nikita Kucherov (l’aubaine de l’année à 4,75 M$ par saison) en sera à sa dernière année de contrat la saison prochaine.

On veut les étoiles

Les Ducks ont fait une demande formelle à la LNH pour avoir un match des étoiles dans les prochaines années. Ce sont les Sharks qui accueilleront l’événement au mois de janvier 2019 et il serait quand même surprenant que les Ducks l’accueillent la saison suivante, alors que la ligue n’aime pas organiser l’événement dans la même région deux années de suite. Par contre dès 2020, il ne serait pas surprenant que les Ducks soient récompensés, eux qui existent depuis 1993, mais qui n’ont jamais eu droit d’accueillir les meilleurs joueurs de la ligue, le temps d’une fin de semaine.