/opinion/columnists
Navigation

En attendant de connaître le plan de Bergevin...

En attendant de connaître le plan de Bergevin...
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Le supplice achève pour les partisans du CH.  Treize matchs à écouler et ils pourront tourner la page sur cette désolante campagne 2017-2018.

En attendant le 7 avril, ils peuvent toujours surveiller certains jeunes joueurs qui tentent de saisir l’occasion de faire leurs preuves. Certains le font bien, d’autres ne le font tout simplement pas.

Charlie Lindgren risque fort d’être l’adjoint de Carey Price la saison prochaine. Il n’est pas le seul à blâmer pour cette défaite de 5 à 2 subie à Columbus, contre une équipe affamée qui lutte pour obtenir une place dans les séries. Les Blue Jackets ont su profiter de revirements commis par les joueurs du Canadien.

Mais le fait d’avoir accordé 16 buts, dont quelques mauvais, à ses trois dernières sorties, pendant que le vétéran Antti Niemi se tire très bien d’affaire, a de quoi miner la confiance du jeune homme.

Le Tricolore a encaissé une autre défaite à l’étranger malgré un bel effort collectif en troisième période, tirant avantage de l’absence du défenseur Seth Jones. Il présente le PIRE dossier (9-22-4) sur les patinoires adverses cette saison et il affiche aussi le PIRE rendement lors des situations d’infériorité numérique.

Cela témoigne du manque de caractère d’un trop grand nombre de joueurs au sein de ce groupe. Ça prendrait d’autres guerriers comme Brendan Gallagher, qui a établi une marque personnelle en inscrivant son 25e but.

Malgré cette saison désastreuse et le fait que le Canadien n’aura pris part qu’à une seule ronde éliminatoire au cours des trois dernières années, Marc Bergevin jouit toujours de la confiance de son patron, Geoff Molson. Il peut se compter chanceux de s’être vu accorder, en novembre 2015, une prolongation de contrat jusqu’à la fin de la saison 2021-2022.

Molson a confiance en l’avenir parce que son directeur général a un plan, a-t-il dit. Comme tout le monde, j’ai hâte de voir quel est ce «fameux» plan. Si c’est d’offrir un salaire record à John Tavares dans le but de l’attirer à Montréal, rien ne garantit que ça va fonctionner. Les équipes seront nombreuses à courtiser la vedette des Islanders, si Tavares décide, bien sûr, de tester sa valeur sur le marché des joueurs autonomes.

L’acquisition de Tavares métamorphoserait le Canadien. Max Pacioretty pourrait enfin jouer aux côtés d’un centre numéro 1 et Jonathan Drouin pourrait retourner à sa position naturelle. Pour le moment, ce n’est que du rêve pour les partisans. Si ça ne fonctionne pas, je me demande bien à quoi peut ressembler le plan B de Bergevin...