/opinion/blogs/columnists
Navigation

Louis-Jean Cormier et la majorité silencieuse

Louis-Jean Cormier et la majorité silencieuse
Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Ce matin, je reviens sur la controverse de la fin de semaine, au sujet de Louis-Jean Cormier qui s’est excusé d’avoir dit qu’il était contre la parité dans les grands festivals.

(D’ailleurs, c’était très amusant, à Gravel le matin, d’entendre la chroniqueuse culturelle résumer l’histoire –elle était évidemment du côté des Inquisitrices qui ont dénoncé la position de Cormier-- en disant que Cormier s’était « mis le pied dans la bouche »)

 

Pourquoi donc Cormier s’est-il excusé (et auto flagellé) ?

Soit il pense ce qu’il a dit, soit il ne le pense pas. Si il a été mal cité au point où la version de La Presse ne reflète en rien sa pensée, il aurait simplement demandé au quotidien de placer un rectificatif. Alors que s’est-il passé ?

Cormier a écouté la minorité tapageuse au lieu de s’écouter lui, et d’écouter la majorité silencieuse.

 

Si vous allez faire un tour sur sa page Facebook, vous allez voir qu’une grande partie de ses fans 1-pensent comme lui sur la parité (version 1 avant qu’il retourne sa veste) et 2- sont déçus/fâchés/outrés qu’il s’en soit excusé.

Extraits : « Je trouve que tu avais raison, je suis une femme et c’est vrai que le talent doit passer avant le sexe, ça va faire la les féministes enragées. Mais pourquoi avoir fait un mea culpa tu avais entièrement raison »

« Je ne saisis pas pourquoi un mea culpa serait nécessaire... Je ne m'attends pas à ce qu'un festival booke ses artistes 50/50 en fonction du sexe, c'est absurde. ... C'est correct aussi de tenir des propos et de maintenir son opinion même si ceux-ci font quelques vagues...)

 

« Tiens toi debout quand tu dis quelque chose et forges tes propres opinions sans être influencer par la moindre personne qui se plaint. Parler de foutu "privilèges" comme si tu devais t'excuser d'être blanc et d'être un homme et qu'il fallait remercier le destin pour ça. Pathétique.

 

« T'excuser pourquoi ? Pour prévilégier le talent et les préférences des consommateurs de musique plutot que le sexe ?

 

« Tu aurait dû t'assumer tu avais raison , ton volte -face est pitoyable........

 

« Je suis vraiment déçu de votre volte-face. Je suis pour l'égalité, mais contre la parité forcée,. C'est assez désolant de vous voir vous rétracter en vous excusant comme si être un "méchant" homme blanc hétérosexuel était une tare.

 

La totalité des commentaires que j’ai reçus par courriel à la suite de mon article dans le Journal vont dans le même sens. La majorité des Québécois, abonnés au gros bon sens, préfèrent que le talent ou le succès soit le critère dominant pour un Festival au lieu d’établir des quotas.

Imaginons qu’en 2019, la production féminine est plus importante et couronnée de succès que la production masculine, que diront les féministes ? Qu’il faut avoir quand même 50 % de gars... et ainsi renvoyer chez elles des femmes qui auront connu un énorme succès ? On voit bien que c’est absurde. Elles ne veulent la parité que si ça avantage les femmes.

Au lieu de s’écraser devant une minorité très vocale, qui bénéficie d’un mégaphone même si elle ne représente que le Milieu du Plateau/Mile-end/Limoilou et Villeray, Cormier aurait mieux fait d’écouter le gros bon sens et de maintenir sa position initiale, pleine de bon sens.

Pourquoi accorde-t-on autant d’importance à cette clique, ce minuscule milieu, déconnecté de la pensée et de la réflexion de la majorité des citoyens qui ne se reconnaît aucunement dans ce discours antagoniste, militant et victimaire ?

Récemment, à TLMEP,  René Homier-Roy m’a traitée de populiste. Plus j’y pense, plus je me dis que je dois le prendre comme un compliment.

Je ne méprise pas le peuple, je ne m’en dissocie pas et la plupart du temps je trouve « le monde ordinaire » pas mal plus brillant que les Inquisitrices du Plateau ou les Donneurs de leçons du Mile-end.