/news/politics
Navigation

Nouvelle discussion téléphonique entre Trudeau et Trump

Justin Trudeau et Donald Trump
AFP Justin Trudeau et Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

ALMA | Le premier ministre Justin Trudeau a, de nouveau, évoqué la question des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium lors d’une conversation téléphonique avec le président américain Donald Trump, lundi.

M. Trudeau a discuté de ce sujet avec son homologue alors même qu’il était en tournée au Saguenay–Lac-Saint-Jean pour rassurer les travailleurs et acteurs de l’industrie de l’aluminium.

Selon le bureau du premier ministre, M. Trudeau «a souligné l’exemption accordée au Canada concernant les droits de douanes sur l’acier et l’aluminium que le président a annoncée la semaine dernière». Le premier ministre a aussi souligné «qu’il est essentiel de préserver nos chaînes d’approvisionnement mutuellement avantageuses si nous voulons protéger les emplois et les entreprises des deux côtés de la frontière».

Rappelons que le président Trump a annoncé, jeudi dernier, l’imposition de tarifs douaniers de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium, tout en épargnant le Canada et le Mexique. Il a toutefois indiqué que ce sursis dépendra des avancées dans la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Lundi dernier, le premier ministre avait discuté avec le président pour lui faire part de ses «sérieuses préoccupations», tout en évoquant que l’imposition de tarifs n’aiderait pas à trouver un accord sur l’ALENA.

Outre la question des tarifs douaniers, les deux chefs d’États ont discuté d’autres enjeux, incluant la crise des opioïdes qui a fait des milliers de morts dans deux côtés de la frontière.

Par ailleurs, le bureau de ministre des Affaires étrangères a indiqué, lundi, que Chrystia Freeland se rendra à Washington mardi et jeudi. Elle doit y rencontrer de nouveaux représentants du gouvernement américain, incluant le secrétaire au Commerce des États-Unis, Wilbur Ross.

La ministre devrait entretenir ses interlocuteurs sur les avantages du maintien d’un «commerce ouvert, juste et sans obstacle qui profite aux populations des deux côtés de la frontière».