/24m/job-training
Navigation

Regarder des animaux mignons nous rend plus performants

Group of kitten and puppies
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Valérie Cordier-Chemarin - 37e AVENUE

 

Pour lutter contre le manque de motivation au travail, des scientifiques japonais préconisent le visionnement de vidéos d’animaux mignons. Mais quel lien y a-t-il entre ces vidéos et la performance au travail ?

Au Japon, le « kawaii », qui désigne tout ce qui est mignon et adorable, est un véritable phénomène de société. Que ce soit dans le domaine de la mode, en cuisine ou dans les jeux vidéo, il connaît un réel engouement. Le personnage Hello Kitty, par exemple, est l’incarnation même de ce mignon phénomène.

Une batterie de tests

Des chercheurs de l’université d’Hiroshima ont étudié l’impact du sentiment de tendresse suscité par la vue de chatons et autres animaux mignons sur la performance au travail. Au cours de leur enquête, ils ont demandé à 48 volontaires de participer à un jeu de société dont le but était de retirer des petites pièces du corps d’un faux patient. À la fin de la première partie, séparés en deux groupes, les participants ont dû regarder des photographies. Le premier groupe a contemplé des bébés animaux alors que le second, des animaux adultes. Lors de la partie de jeu suivante, les volontaires ayant admiré des bébés animaux ont vu leur jeu s’améliorer.

Pour conforter leurs résultats, les chercheurs ont procédé à un autre test. Cette fois-ci, les participants ont mémorisé des séries de chiffres. Puis, pendant 3 minutes, ils ont comptabilisé le nombre de fois où ces séries apparaissaient parmi plusieurs autres. Les volontaires ayant admiré des images de bébés animaux ont mieux réussi l’épreuve que les autres.

Une concentration accrue

« Les kawaii ne nous rendent pas seulement plus heureux, ils influencent aussi notre comportement », explique Hiroshi Nittono, auteur de l’étude. Ainsi, les sentiments provoqués à la vue d’animaux mignons favorisent l’exécution des tâches qui demandent effort et concentration.