/misc
Navigation

Risquer de blesser ou tuer un enfant pour 2 minutes de votre temps, vraiment?

Risquer de blesser ou tuer un enfant pour 2 minutes de votre temps, vraiment?
Illustration Philippe Melbourne Dufour

Coup d'oeil sur cet article

Qu'est-ce qui presse tant pour griller, non seulement un feu rouge, mais également un feu pour piétons en zone scolaire?

Aux deux, trois jours, lorsque je vais reconduire fiston à la garderie, un chauffard inconscient met notre sécurité en danger et celle de nombreux enfants, parents et piétons. On dénombre, au Québec, pas moins d'un accident en zone scolaire par jour! Qu'est-ce que ça va prendre pour que ces conducteurs, trop préoccupés par leur propre vie, prennent en considération celle des autres?

8 h 35 AM : Je m'apprête à traverser la rue qui m'amène à la garderie de garçon, qui est dans sa poussette. «Maman, le p'tit bonhomme blanc, vas-y!» À trois ans, mon fils sait que l'on ne traverse la rue que quand le feu blanc pour piétons nous y invite. Il sait aussi que l'on regarde bien des deux côtés avant de s'engager sur le bitume. Mais depuis quelque temps, je lui enseigne également que, même si le petit bonhomme blanc est allumé, on doit attendre quelques secondes pour traverser afin de s'assurer qu'aucun conducteur irresponsable ne transgresse ce code de sécurité pourtant si simple du vivre ensemble. (Je vous rassure, j'utilise d'autres mots pour lui faire comprendre le concept et il ne traverse jamais la rue seul!)

Quiconque circule sur le coin de rue en question est bien au fait qu'il est fréquenté par de nombreux jeunes enfants et parents. Il se situe à quelques mètres à peine d'une grande école primaire et d'une garderie (CPE) qui accueille des dizaines de bambins. L'affiche «zone scolaire» est d'ailleurs bien visible. Malgré tout, rien n'y fait. L'automobiliste pressé s'en fout ou est totalement déconnecté de ce qui se passe devant lui, trop concentré à autre chose que sa conduite. Dans un cas comme dans l'autre, le comportement est inexcusable!

Plus d'un accident par jour en zone scolaire

En moyenne, au cours des dernières années, il y a eu 541 accidents dans des zones scolaires, selon les plus récentes statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec. La SAAQ a beau multiplier, sur toutes les plateformes, les messages appelant à la prudence au volant, visiblement, certains automobilistes restent insensibles aux conséquences que peut avoir leur conduite dangereuse.

Dans une vidéo qui mérite d'être visionnée, huit jeunes brigadiers en zone scolaire ont observé 861 comportements à risque de la part d'automobilistes en une heure seulement!

Qu'est-ce que ça va prendre?

Si la SAAQ ne réussit pas encore à conscientiser tous les titulaires de permis de conduire avec ses publicités tantôt très frontales, tantôt humoristiques, qu'est-ce que ça va prendre pour que ces automobilistes cow-boys cessent de mettre la sécurité de nos enfants dans leur angle mort? «C'est tellement long changer les mentalités! Il y en a qui sont sensibles aux messages sociaux, d'autres aux contraventions, mais quoi qu'il en soit, il faut redoubler d'efforts, marteler le message de sécurité et travailler sur tous les fronts pour atteindre les plus récalcitrants», analyse Mario Vaillancourt de la SAAQ.

Entre-temps, je vais continuer à enseigner à mon fils qu'en matière de sécurité, suivre les codes ne suffit pas. Il faut rester vigilant sur ce que l'on fait, mais également appréhender ce que ceux qui nous entourent peuvent faire.

Et terminant, une toute petite question aux automobilistes qui osent griller des feux pour piétons : la sécurité et la vie des autres, d'enfants en l'occurrence, ne valent-elles pas plus que ce «je-ne-sais-quoi qui ne peut attendre»?