/24m/urbanlife
Navigation

Une première maison passive au Québec dans Ahuntsic

Damien et Déborah Chaveron habitent avec leurs trois enfants la première maison certifiée Passivhaus au Québec. Appelée «Maison Ozalée», ce bâtiment consomme 90 % moins d'énergie qu'une maison standard.
Photo Agence QMI, Nadia Lemieux Damien et Déborah Chaveron habitent avec leurs trois enfants la première maison certifiée Passivhaus au Québec. Appelée «Maison Ozalée», ce bâtiment consomme 90 % moins d'énergie qu'une maison standard.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Une famille d’Ahuntsic à Montréal n’a payé que 650 $ d’électricité pour l’année 2017, un exploit rendu possible grâce aux rénovations qu’ils ont réalisées sur leur bungalow pour en faire une maison écologique.

Damien et Déborah Chaveron, originaires de la France, rêvaient d’avoir leur maison écologique depuis leur rencontre. En 2014, ils sont passés du rêve à l’acte en faisant l’acquisition d’un bungalow qu’ils ont complètement transformé pour en faire un lieu de vie écoresponsable et confortable pour eux et leurs trois enfants.

Avant le début des rénovations, le couple s’était engagé à obtenir la certification LEED Platine, laquelle demande une approche écologique globale. Mais, leur plus grand défi était de décrocher la certification allemande « Passivhaus », qui n’avait jamais été décernée à un bâtiment au Québec en raison de ses nombreuses contraintes en termes d’efficacité énergétique.

Les Chaveron racontent que certains étaient sceptiques quant à leurs chances de réussir. « Certains disaient : "C’est trop compliqué, c’est trop contraignant et en plus c’est une rénovation, donc ça vous met encore plus de bâtons dans les roues" », relate Mme Chaveron.

Plutôt que de les faire reculer, ces avertissements les ont motivés encore plus. « On s’est dit : "nous, on va y arriver!" »

Maison passive

Étant parvenu à respecter les nombreux critères, la maison a finalement reçu la certification en janvier dernier, devenant la première maison Passivhaus au Québec. « On a vraiment une fierté d’avoir réussi à être allés jusqu’au bout », se réjouit-elle.

La Maison Ozalée consomme 90 % moins d’énergie nécessaire pour le chauffage qu’une maison conventionnelle, telle que l’exige Passivhaus. Pour y arriver, une attention particulière a dû être portée à l’étanchéité du bâtiment, à la ventilation et au vitrage.

Damien et Déborah Chaveron habitent avec leurs trois enfants la première maison certifiée Passivhaus au Québec. Appelée «Maison Ozalée», ce bâtiment consomme 90 % moins d'énergie qu'une maison standard.
Photo Agence QMI, Nadia Lemieux

Sur les 650 dollars d’électricité payés par les Chaveron en 2017, moins de 200 étaient des frais de chauffage. Grâce à de récentes améliorations, ils espèrent être sous la barre des 600 $ en 2018.

En comparaison, le coût annuel moyen en énergie pour une maison standard était de 2 200 $ en 2012 selon l'Institut de la statistique du Québec.

« Semer des graines »

Dès les débuts du projet de la Maison Ozalée en 2014, le couple a tenu à partager son expertise acquise en bâtiments durables avec d’autres qui pensent construire ou rénover.

Les rénovations ont couté 550 000 $ au couple, soit 150 000 $ de plus que les prévisions de départ. Ils admettent qu’un tel montant n’est pas à la portée de tous, mais espèrent que ceux ayant un plus petit budget pourront tout de même s’inspirer de certains aspects pour améliorer l’efficacité énergétique de leurs maisons.

« On sème les graines, et les gens prennent celles qu’ils veulent et les font germer », lance Mme Chaveron. Pour partager leur savoir, ils organisent de manière ponctuelle des visites guidées et des ateliers.

« Quand on fait des visites, il y a vraiment des gens de tous horizons. Autant ceux qui veulent faire des grosses maisons que ceux qui veulent faire des petits projets de rénovation », se réjouit Damien Chaveron.

Critères Passivhaus

  • Entre 20 et 25°C : la température ambiante de la maison en tout temps, sans systèmes de chauffage ou climatisation conventionnels.

  • Moins de 15 kilowattheures par mètre carré annuellement : l’énergie annuelle nécessaire pour se chauffer. En comparaison, une maison standard se situe annuellement à environ 150 kilowattheures par mètre carré.

  • 0,4 changement d’air à l’heure : Le score d’étanchéité de la maison, lorsque soumise à un test sous pression. Avant rénovation, la Maison Ozalée avait un score d’environ 10, en raison de nombreuses fuites d’air.

Quelques améliorations apportées

  • Fenêtres – triple vitrage pour éviter les pertes de chaleur. Cout : 45 000 $

  • Emplacement des fenêtres : Peu de fenêtres sur la devanture située au nord et de grandes fenêtres situées au sud, pour maximiser l’ensoleillement en hiver.

  • Brises soleil : Installés au-dessus des fenêtres pour éviter la surchauffe pendant l’été. Leur grandeur est calculée pour que le soleil n’entre pas dans la maison lors du solstice d’été.

  • Ventilation double flux avec récupérateur de chaleur : L’air de la maison est changé toutes les trois heures, mais près de 90 % de la chaleur de l’air expulsé est récupéré. Cout : 15 000 $

  • Récupération des eaux grises : L’eau des deux douches et de la baignoire est récupérée pour alimenter les toilettes et arroser les plantes intérieures. Cout : Environ 3 500 $