/finance
Navigation

56 M$ d’écofrais payés en trop dorment à la banque

Le fonds du programme de recyclage des produits électroniques déborde

GEN - RÉSIDUS DANGEREUX LAVAL
Photo Martin Alare Ces rebuts, tels les vieux ordinateurs et téléviseurs, s’étaient retrouvés dans un conteneur de Laval il y a quelques années. En mortaise, l’écocentre Saint-Laurent, à Montréal, qui permet notamment de se départir de vieux appareils électroniques.

Coup d'oeil sur cet article

Les écofrais payés en trop par les consommateurs québécois sur les produits électroniques depuis 2012 s’accumulent. La cagnotte s’élève à plus de 56 millions $, a constaté Le Journal.

Les données compilées par l’Association pour le recyclage des produits électroniques (ARPE) indiquent que la réserve québécoise atteignait 56,6 millions $ à la fin de 2016. Les données de 2017 ne sont toujours pas disponibles.

Depuis le 1er octobre 2012, des écofrais sont imposés aux consommateurs québécois lors de l’achat de produits électroniques chez les détaillants. L’argent amassé atterrit dans les coffres d’ARPE-Québec, un organisme privé à but non lucratif.

Ces frais, dits de gestion environnementale, servent à financer un programme de points de collecte, de transport et de recyclage des produits électroniques au Québec.

Ces frais ne sont pas très connus du public puisque les détaillants ne sont pas obligés de les afficher. Certains le font, d’autres pas.

Les écofrais varient selon la grosseur et le type d’appareils à recycler. Par exemple, pour un téléviseur de plus de 46 pouces, les consommateurs doivent débourser 24 $.

GEN - RÉSIDUS DANGEREUX LAVAL
Photo Martin Alare

En baisse

La directrice générale de l’ARPE-Québec, Dominique Lévesque, n’était pas disponible lundi pour commenter le dossier.

« Le programme a atteint sa vitesse de croisière au Québec. Notre objectif est de le ramener éventuellement à l’équilibre », a toutefois indiqué une porte-parole de l’ARPE.

En 2016, ARPE-Québec dit avoir collecté pour 15,4 millions $ d’écofrais dans les poches des consommateurs, soit 7 millions $ de moins qu’en 2015.

Depuis 2012, les écofrais ont été révisés à la baisse à deux reprises, soit en 2014 et en 2015, en raison de l’importante réserve accumulée.

ARPE-Québec prévoit réaliser des déficits annuels, comme en 2016 (-7 M$), au cours des prochaines années pour faire diminuer les trop-perçus.

Au Québec, le programme de recyclage coûte bon an mal an un peu plus de 22 millions $ à administrer.

Selon Recyc Québec, les taux de récupération totaux ont atteint, en 2015, au Québec 51 % pour les ordinateurs de bureau, 62 % pour les écrans d’ordinateurs/téléviseurs et 40 % pour les imprimantes/numériseurs.

À l’échelle nationale, l’ARPE détenait au 31 décembre 2016 une réserve accumulée de 112 millions $.