/news/currentevents
Navigation

Homicide de Tricia Boisvert: il écope de 14 ans de pénitencier

Philippe Steele-Morin
Photo courtoisie Philippe Steele-Morin

Coup d'oeil sur cet article

Un Ontarien coupable d’avoir tué son amie qui lui fournissait sa drogue, ainsi que d’avoir caché le cadavre en Outaouais, a écopé de 14 ans de pénitencier, ce mardi.

Philippe Steele-Morin était en larmes lorsqu’il a écopé de sa sentence, au palais de justice de Montréal.

C’est que la femme qu’il a tuée, la Montréalaise Tricia Boisvert, était son amie de longue date.

«Oui, je le reconnais», avait dit l’accusé de 34 ans quand il avait plaidé coupable à une accusation d’homicide involontaire et d’outrage à un cadavre, en décembre dernier.

Le drame était survenu en janvier 2014. À l’époque, Steele-Morin était recherché par la police ontarienne pour non-respect de conditions. Après s’être rendu chez son amie, les deux sont allés boire dans un bar, où ils ont parlé de vente de drogue.

De retour à l’appartement de Mme Boisvert, Steele-Morin s’est alors endormi. Il se rappelle avoir été réveillé par son amie qui lui baissait les pantalons. Il l’a alors repoussée en la frappant avant de se rendormir.

Sauf qu’à son réveil, le matin, la femme de 36 ans était morte.

Plutôt que d’appeler les secours, Steele-Morin a alors tout fait pour se débarrasser du cadavre. Avec l’aide d’un ami, il a caché le corps dans une ferme en Outaouais, ce qui lui a valu une accusation d’outrage à un cadavre.

En rendant sa sentence, le juge Pierre Labrie a entre autres noté que Steele-Morin avait détruit de la preuve, et que la victime, une femme, était intoxiquée. Mais le fait que l’accusé n’avait pas planifié l’homicide, qu’il a montré des remords et qu’il a plaidé coupable a joué en sa faveur.

Compte tenu de la détention préventive, Steele-Morin a encore neuf années de pénitencier à purger.