/sports/ski
Navigation

La maladie a inspiré Maxence Parrot

La maladie a inspiré Maxence Parrot
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Couvert d’argent à l’épreuve de slopestyle aux Jeux olympiques de Pyeongchang, Maxence Parrot a gagné son pari. Et cela va plus loin que la distinguée médaille qu’il porte au cou.

À l’aube de la saison dernière, le Bromontois et son meilleur ami, Jean-David Lessard, avaient juré qu’ils accompliraient leurs missions respectives : le planchiste reviendrait de la Corée du Sud avec une médaille olympique, tandis que l’autre gagnerait sa bataille contre un cancer des ganglions.

«L’hiver dernier était difficile. Il avait beaucoup de traitements de chimiothérapie à faire, tandis que je voyageais à travers la planète. Je ne pouvais pas être là pour lui», a raconté Parrot, mardi matin, sur les ondes de la chaîne LCN.

«On s’est dit que si je partais, je devais ramener des médailles et qu’il devait tout faire pour battre la maladie. Ç’a marché. L’année 2017 a été l’une de mes meilleures. Je ramenais des médailles à presque chaque voyage et lui il a réussi à vaincre son cancer.»

Lessard n’était toutefois pas au bout de ses peines. Des complications ont suivi sa guérison avant l’aventure olympique de Parrot.

«Ce n’était pas fini l’an passé. Cet hiver aussi, il a donné un autre coup. Là, ça va bien», a-t-il assuré.

Heureux pour un compatriote

Parrot s’est par ailleurs dit ravi du succès de Mark McMorris, qui a décroché la médaille de bronze olympique en slopestyle le mois dernier.

Le planchiste originaire de la Saskatchewan est revenu à la compétition quelques mois à peine avant les Jeux, lui qui a subi un grave accident un an auparavant.

«C’est extraordinaire. Mark est un excellent planchiste. Il eu deux blessures deux années de suite, qui ont nécessité plusieurs opérations. C’est presque inspirant de voir son parcours pour surmonter les blessures et décrocher le bronze.»