/news/transports
Navigation

Un an depuis le cafouillage de l'autoroute 13

Coup d'oeil sur cet article

Il y a presque un an, une tempête de neige avait tenu des centaines d'automobilistes captifs pendant des heures sur l'autoroute 13, à Montréal. Le gouvernement avait promis d'importants changements dans les procédures d'urgence.

Sylvain Denis/AGENCE QMI

 

L'ex-sous-ministre Florent Gagné a produit un rapport dans lequel il blâmait le ministère des Transports du Québec (MTQ) ainsi que la Surêté du Québec (SQ) pour le manque de communication et de gestion concernant le cafouillage.

Dans le rapport Gagné, la première recommandation s'adressait à la Sûreté du Québec, à qui on demandait de mettre en place un centre de commandement qui serait en fonction sept jours sur sept, 24 heures sur 24, pour surveiller l'ensemble du réseau.

Sylvain Denis/AGENCE QMI

Le centre a été créé et est en activité et a servi notamment lors des nombreux carambolages survenus il y a quelques semaines. Ceux qui y travaillent assurent que la coordination s'est améliorée.

«On a accès ici aux cartes et on a accès au trafic en direct. Ça nous permet de détecter si la ligne est rouge sur un kilomètre, deux kilomètres, trois kilomètres. Ça nous permet de détecter s'il y a un problème majeur», a expliqué le capitaine Martin Pichette, chef aux opérations du centre de veille de la SQ, à TVA Nouvelles.

Photo Agence QMI, Sylvain Denis

Le rapport recommandait aussi que la Sûreté du Québec se dote de véhicules quatre roues motrices. La SQ est en train de renouveler son parc automobile.

Nos sources indiquent que les patrouilleurs autoroutiers du ministère des Transports et les policiers de la SQ ont toujours beaucoup de difficulté à communiquer directement entre eux.

Le système RENIR, un nouveau système radio qui a pourtant coûté des millions de dollars aux contribuables québécois, connaît d'énormes difficultés.

FD-
Photo agence QMI, Sylvain Denis

Quant aux centaines d'automobilistes qui sont restés coincés ici il y un an sur l'autoroute 13, ils feront le point demain avec leur avocat responsable du recours collectif. Ils ont obtenu des excuses du premier ministre. Ils veulent maintenant des compensations monétaires.