/sports/opinion/columnists
Navigation

Ashuapmushuan, la réserve faunique aux quatre espèces

Pëche
Photo Courtoisie Des dorés de belle taille comme celui-ci ne sont pas rares dans les lacs de la réserve faunique Ashuapmushuan.

Coup d'oeil sur cet article

Si, dans une même excursion de pêche, vous désirez capturer de beaux dorés en quantité, des brochets monstres, des truites mouchetées de belle taille et des truites grises, mettez à votre agenda de faire une petite virée du côté de la réserve faunique d’Ashuapmushuan, située au nord de Saint-Félicien.

« Nous voulons que les pêcheurs qui nous visitent profitent au maximum de leur séjour en découvrant nos lacs et nos rivières qui regorgent de poissons, affirme le directeur de la réserve, Aurélien Launière. Dans notre plan de pêche, nous utilisons 100 lacs sur les 1200 que compte notre territoire. Cela vous donne une idée des possibilités pour des pêcheurs qui sont à la recherche d’aventures durant leur séjour. Nous sommes en mesure de les orienter et de leur fournir des services hors pair pour leur faciliter la vie. »

Depuis qu’il est entré en poste en 2014, Aurélien veut que sa réserve devienne une destination renommée et courue par les amateurs de bonne pêche.

« Nous sommes à un peu plus de trois heures de Québec, ce qui n’est pas un gros problème pour des pêcheurs qui recherchent la qualité. Nous avons des embarcations disponibles, mais aussi, nous offrons la possibilité aux amateurs qui le désirent de pouvoir utiliser leurs propres embarcations. Nous avons travaillé à améliorer les routes et à bâtir des rampes d’accès pour que tout se fasse de façon sécuritaire. »

LA PÊCHE

Pour la pêche, rien de bien spécial si ce n’est l’utilisation des techniques habituelles.

Pour le doré, vous avez le choix d’utiliser un marcheur de fonds avec un harnais au bout duquel vous installez un bon gros ver de terre. Vous pouvez aussi choisir de pêcher à la traîne en utilisant des poissons nageurs. Personnellement, j’ai connu beaucoup de succès avec le Live Target imitation de perchaude, une reproduction fidèle d’une des nourritures favorites de l’espèce.

Pour le brochet, fidèle à son habitude de poisson vorace qui s’attaque à n’importe quoi ou presque, encore là, les poissons nageurs peuvent faire le travail. Vous pouvez aussi utiliser des cuillères de style Dardevil ou les Dream Fishing imitations de poissons.

Dans le cas de la truite mouchetée, sur ce territoire, mes plus grands succès, je les ai connus avec une canne à moucher au bout de laquelle j’avais installé un streamer imitation de Muddler Minnow ou de Mickey Finn. Tout dépendant du temps de la saison, vous pouvez utiliser une soie flottante ou une soie avec un bout calant.

POUR LE LOGEMENT

Pour la truite grise, j’irais avec la pêche à la traîne avec une cuillère argent ou or et argent à la suite de laquelle j’installerais un poisson nageur à environ quatre pieds plus loin. La cuillère va l’attirer et elle va attraper le lunch qui suit.

Dites-vous bien que ce ne sont que mes humbles suggestions. Nul doute que plusieurs pêcheurs ont eux aussi leurs secrets.

Sur le territoire de la réserve, vous avez quatre possibilités pour votre logement, tout dépendant de l’espèce que vous désirez pêcher. Si vous recherchez la truite grise et la truite mouchetée, deux espèces qui sont plus au sud de la réserve, il y a le chalet du secteur Dufferin ou encore les camps rustiques du site Du Draveur. Si vous désirez vous mesurer aux dorés et brochets, deux espèces plus au nord, vous pouvez vous loger sur le site du lac Chigoubiche. Là, vous avez le choix entre l’un des chalets en location ou encore, si vous avez vos équipements de camping, les sites du terrain de camping. Un peu partout sur le territoire, il est aussi possible de camper le long de certains lacs définis par la direction de la réserve.

Comme vous pouvez le constater, cette réserve faunique a beaucoup à offrir. Elle gagne à être connue. Pour tout savoir sur les coûts des séjours et les conditions, vous pouvez joindre en tout temps les gens de la réserve au 418 256-3806. Des représentants seront aussi au Salon qui se déroule en fin de semaine. C’est le temps de réserver un séjour avec la promotion du quatrième pêcheur gratuit.

Babillard nature

DES TROPHÉES
Même si la réserve n’est pas soumise au plan de gestion du doré, les responsables encouragent les amateurs à respecter les limites du 32 à 47 centimètres. Parfois, une prise peut sortir de l’ordinaire comme les deux dorés de 13 livres qui ont été capturés l’été dernier. Aurélien et son équipe peuvent comprendre la joie du pêcheur qui capture un tel trophée. Si ces deux-là nageaient dans des lacs de la réserve, ils ne sont pas seuls. Nul doute qu’il y en a d’autres qui habitent l’un des nombreux lacs qui ne sont à peu près jamais pêchés.
 
UNE GESTION MIXTE RÉUSSIE
Depuis quelques années, la gestion de la réserve se fait en partenariat entre la Sépaq et la communauté innue de Mashteuiatsh. Il s’agit d’un bel exemple qui prouve hors de tout doute que les autochtones et les non-autochtones peuvent travailler ensemble au développement de leurs communautés. Près de 60 % des employés sont autochtones. 
 
MESSIRE L’OURS NOIR
Depuis quelques années, la direction de la réserve a mis de l’avant un forfait de chasse de l’ours noir qui connaît énormément de succès. « Notre taux de succès est de 100 %, ce qui fait notre fierté, c’est certain, mais ce qui nous motive le plus, c’est le nombre de gros ours qui sont récoltés à chaque année, souligne le directeur Aurélien Launière. Nous voulons devenir la destination numéro un du réseau de la Sépaq pour la chasse de l’ours. Pour ce printemps, il nous reste encore quelques places à remplir pour nous permettre d’atteindre notre but de 36 groupes. »