/24m
Navigation

Assume

Situation bloc mère famille enfant
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

J’ai un paquet de défauts, dans la vie. Je suis distrait, parfois impatient et même un peu soupe au lait. Je suis aussi habile de mes mains qu’une tortue avec des mitaines et, quand arrive le temps des impôts, je fais des crises d’urticaire tellement mes papiers sont dans un désordre empirique.

Par contre, je suis quelqu’un de très résilient et, surtout, je m’assume. Je ne vous mentirai pas, j’ai eu quelques looks par le passé que j’assume plus au moins aujourd’hui (genre des chemises aux motifs douteux, ou une chaîne en or) mais sinon, j’assume mes choix.

J’assume ma vie d’humoriste et de travailleur autonome avec tout ce ça implique. Avoir beaucoup ou pas d’argent, sans préavis. Passer, dans la même soirée, de roi du monde à ermite solitaire. J’assume mes blagues, mes propos, mes textes, mes angles. J’assume que je suis devenu un banlieusard de Longueuil qui tripe un peu trop à parler de sa piscine hors terre ou de son nouveau BBQ. Et, surtout, j’assume mon rôle de père.

Cela va faire deux ans, que j’ai le plaisir, que dis-je, le privilège d’être le père du petit Victor, dont je vous ai parlé maintes et maintes fois. Et dans environ un mois, je serai papa à nouveau d’une petite ou d’un petit. On a décidé de garder la surprise.

Depuis que je suis papa, on dirait que j’entends de plus en plus les histoires d’horreur liées à des parents qui négligent et maltraitent leurs enfants. Si, avant, ces histoires me faisaient de la peine, maintenant elles me poignardent littéralement le cœur. Bien entendu, il y a des histoires autour de parents qui sont malades, qui ne sont pas capables de s’occuper d’eux même alors clairement pas d’un enfant. Il y a aussi un beaucoup trop grand nombre de gens qui n’ont ni problème de santé physique ou mentale, qui ne s’assument pas leur rôle de parent.

Comme si l’être humain qu’ils ont mis au monde n’avaient pas de réelle importance pour eux. C’est un bibelot, à peine plus important qu’un petit chien de compagnie que l’on peut passer d’une main à l’autre quand l’envie nous prend de faire autre chose que de s’en occuper.

Comprenez-moi bien, je suis bien loin d’être parfait. Moi aussi, parfois, je trouve ça difficile de me lever à 5h00 du matin pour écouter des comptines ou de lire 180 fois le même livre dans la journée. Nous sommes tous humains et avons tous nos limites. Mais j’assume mon rôle. J’assume que j’ai mis un enfant sur cette terre et qu'il n’a pas a payer pour ce que j’ai envie ou non de faire. Avoir un enfant c’est oublier notre petit nombril, parce qu’Il y a maintenant un nombril bien plus important que le nôtre. Votre enfant se fout bien de votre salaire et de la grandeur de votre maison, parce que, de toute façon, si elle est vide, elle ne vaut plus rien à ses yeux.