/sports/huntfish
Navigation

CrossFit: un athlète de 55 ans souhaite devenir l'homme le plus en forme au monde

À 55 ans, Richard Cossette souhaite être l’homme le plus en forme au monde… pour son âge.
Photo Martin Alarie À 55 ans, Richard Cossette souhaite être l’homme le plus en forme au monde… pour son âge.

Coup d'oeil sur cet article

Richard Cossette a 55 ans. Il n’aspire à rien de moins que le titre du master le plus en forme au monde. Incursion dans son univers à l’aube de la quatrième et avant-dernière semaine qualificative des CrossFit Opens.

On se donne rendez-vous à sa deuxième maison, au sein de sa seconde famille, UPT CrossFit à Mont-Royal. Il est 9 h 30, le centre de conditionnement reprend son souffle après l’entraînement du petit matin et celui qui suivra à 10 h. Ce soir, l’énergie sera tout autre, alors que les athlètes participant aux Opens assisteront ensemble au dévoilement du quatrième entraînement.

À 55 ans, Richard Cossette souhaite être l’homme le plus en forme au monde… pour son âge.
Photo Martin Alarie

Discipline de béton

« Ce sont mes pantalons de guerre ! » dit Richard Cossette, mi-sérieux, en référence à ses joggings d’entraînement de style camouflage. Il se ménage lors de notre rencontre, afin de ne pas hypothéquer sa performance en soirée.

Les Opens sont la première vague de qualifications jusqu’aux Jeux (Games), qui prennent les proportions de Jeux olympiques pour les athlètes compétitifs de CrossFit du monde entier.

« Mononc Rich », comme on l’appelle à la blague à UPT CrossFit, vise le sommet du podium masters cette année. Il sera alors le plus jeune des « petits vieux ».

« Ce devrait être mon année », dit Richard Cossette, confiant. L’homme s’entraîne près d’une quinzaine d’heures par semaine, en plus d’optimiser sa nutrition et sa récupération pour être toujours en mesure de donner le meilleur de lui-même.

« Je ne veux avoir aucune excuse. Si je sais que j’ai fait tous les sacrifices que je dois faire pour performer, rien ne va m’arrêter », dit l’athlète.

Un athlète à 55 ans

Richard Cossette s’est battu pendant plus de 35 ans comme athlète en arts martiaux. La discipline, l’athlète connaissait déjà, avant même de suivre son premier entraînement de CrossFit.

« Maintenant, je suis mon seul adversaire », dit l’homme pour qui le dévouement est mécanique.

Autant son bagage athlétique que sa discipline naturelle aident « Rich » à se développer de façon impressionnante.

« À ce niveau, c’est un sport de performance. Toutes les secondes comptent et il n’y a pas de raccourci », dit Benjamin Dugas, l’entraîneur responsable de la planification annuelle.

Nous apercevons les entraîneurs de Richard Cossette (au centre), Emiliano Morales, Marc Maillet, Benjamin Dugas et Maxime Downs.
Photo Martin Alarie
Nous apercevons les entraîneurs de Richard Cossette (au centre), Emiliano Morales, Marc Maillet, Benjamin Dugas et Maxime Downs.

Même à 55 ans, l’intensité est au cœur de l’approche CrossFit. Richard suit le même entraînement que les jeunes loups.

« Mais pour un maître, on planifie un échauffement plus long et on prévoit plus de temps de récupération », dit Benjamin.

Sport L’équipe

Ce matin, ils sont quatre à rayonner autour de Richard. Benjamin Dugas et Simon Belzile lui préparent ses programmes, tandis que Maxime Downs (et les autres) l’encadre dans ses entraînements. Au quotidien, tous ne ménagent pas les conseils et le soutien envers

l’athlète. La cellule d’aide ne se limite pas non plus au centre.

À la maison, il y a Virginie Simoneau, la conjointe et plus grande admiratrice de Richard Cossette. Aussi adepte de CrossFit (plus modérée), elle comprend les exigences du quotidien avec un athlète dédié comme Richard.

« C’est certain que certaines personnes trouvent ça un peu fou, mais c’est notre mode de vie », dit Virginie.

« Nous, quand on voyage, on s’assure qu’il y a un centre CrossFit pas trop loin ! »

Le couple s’est par exemple entraîné au Costa Rica et en Croatie.

« C’est vraiment un sport d’équipe quand on y pense », ajoute Virginie.

Le parcours des meilleurs

Force, vitesse, endurance cardio-vasculaire, endurance musculaire, coordination, puissance, souplesse, agilité, équilibre, précision... le CrossFit vise le développement optimal de chacune de ces 10 compétences physiques. Gros programme.

« Il s’agit d’être bon dans tout, dit Maxime Downs, entraîneur et copropriétaire à UPT CrossFit. On construit un athlète équilibré, qui ne sera peut-être pas le meilleur dans tout, mais qui se débrouillera dans n’importe quoi et qui performera d’une façon impressionnante. Des athlètes de CrossFit ont déjà établi des records mondiaux dans certaines disciplines. »

Dans la dernière décennie, le calibre des athlètes de CrossFit sur la scène mondiale a explosé, alors que les meilleurs s’adonnent à leur sport à temps plein et passent le reste du temps à optimiser leur récupération par une hygiène de vie régulée au quart de tour.

« Comme des athlètes olympiques, ni plus ni moins, dit Maxime Downs. Il faut toujours se dire que les meilleurs, eux, sont au gym aujourd’hui et qu’ils ne comptent pas leurs sacrifices. »

En plus d’entraînements cumulant des dizaines et des dizaines d’heures par semaine, les meilleurs bâtissent sur une base athlétique qu’ils auront développée pendant des décennies, notamment des passés de gymnastes ou d’haltérophiles. Une longueur d’avance inestimable dans un sport où tout est à développer, intensément.

Des Québécois dans le top 10

Avec un peu plus du mi-chemin des Opens complété, quelques Québécois se sont taillé une place dans le top 10 mondial jusqu’à présent. Alexandre Vigneault de Québec occupe présentement la deuxième place, alors que Jean-Simon Roy-Lemaire et Alexandre Caron (aussi de Québec) la cinquième et sixième respectivement.

Aucune Québécoise n’est pour l’instant dans le top 10. La grande championne de 2014, Camille Leblanc-Bazinet, en 5e position, est désormais établie au Colorado.

Richard Cossette est classé en 8e place chez les Masters sur la scène mondiale. Au Canada, il est premier.

Le calendrier

Opens : Les Opens sont la première étape dans la course aux Jeux.

Depuis le 22 février, et jusqu’au 26 mars, chaque semaine, les athlètes ont du jeudi soir au lundi soir pour enregistrer leur meilleure performance à l’entraînement surprise concocté par CrossFit. Plus de 400 000 athlètes du monde sont inscrits aux Opens cette année.

Regionals : Du 18 mai au 3 juin, dans le cadre de trois week-ends, ceux en tête du classement de leur région respective se retrouvent à des événements qualificatifs vers l’étape finale. Les régionales du nord-est de l’Amérique (East Regional) se dérouleront du 18 au 20 mai à Albany, dans l’État de New York.

Dans la catégorie Masters, dont fait partie Richard Cossette, à l’instar des Opens, l’épreuve qualificative se fait en ligne du 19 au 23 avril. Les 200 meilleurs au monde y sont conviés et 20 seront retenus pour les Jeux.

Games (jeux mondiaux) : Du 1er au 5 août à Madison, au Wisconsin.

Le grand rendez-vous invite les cinq meilleurs hommes, femmes et équipes de leur division régionale à dépasser leurs limites. La compétition s’accompagne aussi de bourses généreuses, notamment de 300 000 $ pour le sommet du podium individuel.