/entertainment/tv
Navigation

Deux Québécoises à MasterChef Canada

Aucun représentant du Québec n’a remporté la populaire téléréalité culinaire jusqu’ici

Marissa Leon-John fait partie des 21 candidats qui tenteront d’empocher la somme de 100 000 $.
Photo Courtoisie CTV Marissa Leon-John fait partie des 21 candidats qui tenteront d’empocher la somme de 100 000 $.

Coup d'oeil sur cet article

La cinquième saison de MasterChef Canada comptera deux participantes du Québec. Et, fruit du hasard, elles habitent toutes deux à Dollard-des-Ormeaux. « Il doit y avoir quelque chose dans l’eau ! », s’exclame Claudia Escudero.

Avec Marissa Leon-John et 19 autres passionnés de nourriture, Claudia tentera de combler les papilles gustatives des juges du populaire concours culinaire de CTV à compter du 3 avril.

Adaptation canadienne du célèbre format australien, MasterChef Canada met en vedette des cuisiniers amateurs qui essaient de reproduire, du mieux qu’ils peuvent, les recettes les mieux rodées qu’ils connaissent. Comme toute bonne compétition du genre, les candidats sont éliminés à tour de rôle au fil des semaines. La personne qui demeurera derrière ses chaudrons le plus longtemps empochera la somme 100 000 $.

La présence de Claudia et Marissa est digne de mention puisqu’au cours des quatre premières saisons de l’émission, seulement quatre Québécois avaient réussi à s’y tailler une place. La meilleure performance d’un représentant du fleurdelisé a été réalisée en 2015 par Sabrina Poirier. La Montréalaise s’était rendue jusqu’en demi-finale.

Claudia Escudero lors d’une épreuve, sous le regard du juge Claudio Aprile.
Photo Courtoisie CTV
Claudia Escudero lors d’une épreuve, sous le regard du juge Claudio Aprile.

 

« J’aime le stress »

Née d’une mère originaire de Sainte-Lucie et d’un père originaire de Saint-Vincent, dans les Caraïbes, Marissa Leon-John est aujourd’hui responsable d’une équipe de support technique chez Stingray, mais il y a quelques années, son quotidien était fort différent : elle était dans l’armée canadienne. Durant ce passage de trois ans, elle a développé sa discipline, sa détermination et, surtout, sa persévérance, une valeur essentielle pour tirer son épingle du jeu à MasterChef.

« J’aime la compétition. J’aime le stress. Pour moi, la pression, c’est le fun », confie la candidate, parfaitement bilingue, au téléphone.

Les juges de MasterChef Canada : Michael Bonacini, Alvin Leung et Claudio Aprile.
Photo Courtoisie CTV
Les juges de MasterChef Canada : Michael Bonacini, Alvin Leung et Claudio Aprile.

 

Exemple de diversité

Âgée de 30 ans, Claudia Escudero est née à Lima, au Pérou. Elle est arrivée au Québec en 2001, alors qu’elle était adolescente. Adepte du Food Network, elle rêve d’animer sa propre émission de télévision. Entre-temps, elle travaille comme représentante du service à la clientèle pour une compagnie de fourniture d’équipements industriels.

En entrevue, Claudia dit suivre MasterChef Canada depuis son entrée en ondes en 2014. « Le Canada réunit des gens de toutes les origines. C’est un pays tellement multiculturel. MasterChef reflète cette diversité. J’adore cela ».

Des juges bienveillants

Les tournages ont eu lieu l’automne dernier à Toronto, sous l’œil averti des juges Michael Bonacini, Alvin Leung et Claudio Aprile. Aux dires de Marissa, le trio s’est montré bienveillant envers les candidats. Fan de l’adaptation américaine, la jeune femme de 31 ans s’attendait à ce que l’un d’eux tente de calquer les crises de Gordon Ramsay, le célèbre restaurateur britannique devenu star de téléréalité. Mais au final, aucune assiette n’a été cassée et aucun ustensile n’a été lancé.

« Dans notre version, les juges encadrent les participants, indique Marissa. On les voit plus comme des mentors. Quand ils sont durs avec nous, c’est pour qu’on s’améliore, qu’on repousse nos limites. Ils ne m’ont jamais manqué de respect. »


Diffusée au printemps 2017, la 4e saison de MasterChef Canada ralliait en moyenne 1 300 000 téléspectateurs chaque semaine au Canada anglais, selon les données confirmées de Numéris.