/opinion/blogs/columnists
Navigation

L’aveu stupéfiant (et désespérant) de Philippe Couillard

L’aveu stupéfiant (et désespérant) de Philippe Couillard
Photo d'archives AFP

Coup d'oeil sur cet article

C’est un aveu stupéfiant et pour dire vrai, désespérant.

Mardi, en pleine période questions à l’Assemblée nationale, le premier ministre Philippe Couillard, questionné par le chef caquiste François Legault, a reconnu ne PAS connaître le portrait réel du fameux «rattrapage» accordé par son propre gouvernement aux médecins spécialistes par rapport à leurs collègues ontariens.

Et ce, alors même que le gouvernement Couillard vient de négocier une énième entente de principe - celle-ci est encore secrète -, avec la puissante Fédération des médecins spécialistes du Québec FMSQ). Une entente prévoyant un autre deux milliards de dollars alors qu’on apprend que les médecins spécialistes québécois sont déjà payés PLUS que leurs homologues ontariens. (Mon analyse est ici).

Cette entente de principe est tellement outrancière que des centaines de médecins spécialistes la dénoncent maintenant eux-mêmes. Que ce soit dans les journaux ou en signant cette pétition – plus de 500 médecins l’ont fait jusqu’à maintenant.

Comme je l’expliquais ici, la genèse de cette arnaque remonte en fait à un dogme créé de toutes pièces : soit qu’il fallait «rattraper» le niveau de rémunération des médecins au Canada, mais surtout de l’Ontario.

Or, cet argument était fallacieux dès le début. Le coût de la vie étant plus élevé en Ontario qu’ici. Il ne servait en fait qu’à justifier l’injustifiable.

Aujourd’hui, douze ans plus tard, non seulement les médecins spécialistes québécois sont MIEUX payés qu’en Ontario, mais Philippe Couillard avouait lui-même ce mardi ne PAS connaître le portrait même de la situation.

Traduction : son gouvernement vient de s’entendre avec la FMSQ sans même savoir ce qui se passe vraiment sur ce plan. C’est une véritable aberration politique et financière.

***

Permettez-moi donc de citer des extraits de l’échange hallucinant qui avait lieu mardi à l’Assemblée nationale entre Philippe Couillard et François Legault. La déclaration du premier ministre est en effet stupéfiante.

«M. Legault : M. le Président, les Québécois gagnent en moyenne 10 % de moins que les Ontariens. Pourtant, le ministre de la Santé a confirmé, il y a quelques semaines, que les médecins spécialistes au Québec gagnent maintenant plus que ceux de l'Ontario. Le premier ministre — ça a pris un petit peu plus de temps — la semaine dernière, enfin, a admis qu'il y a, et je le cite : une question légitime à se poser concernant l'équité. Pourtant, le premier ministre nous dit qu'il s'apprête à signer son entente avec les médecins jusqu'en 2023.

Cette entente est indéfendable. Par respect pour les Québécois, par respect pour ceux et celles qui paient des impôts, des taxes pour payer ces médecins, le premier ministre doit garder l'écart Québec-Ontario. Pour les médecins spécialistes, le même écart que pour les autres travailleurs. Le chroniqueur Alain Dubuc évalue cet écart à 1 milliard de dollars. Donc, le gouvernement paie 1 milliard de dollars de trop par année. 89 000 $ par médecin spécialiste, par année, de trop.

Est-ce que le premier ministre, par respect pour les Québécois, peut s'engager à ne pas signer cette entente avec les spécialistes avant les élections?

«Le Président : M. le premier ministre.

M. Couillard : Bien, il aurait fallu pour mon collègue, également, s'abstenir de signer la lettre d'entente qui nous a plongés dans cette situation, juste avant les élections, en passant, il faut le rappeler. On ouvre le tiroir, qu'est-ce qu'on trouve? La pilule empoisonnée qu'il a laissée aux finances publiques du Québec, et 15 ans plus tard on est encore dans ce processus-là.

(...)

Le Président : Première complémentaire, M. le chef du deuxième groupe d'opposition.

M. Legault : La question est pourtant simple.

Est-ce que le premier ministre confirme que l'écart de rémunération Québec-Ontario pour les médecins spécialistes s'élève à 1 milliard de dollars? Est-ce qu'il est d'accord avec le chiffre d'Alain Dubuc, là, qu'on paie, tous les contribuables, 1 milliard de trop? Sinon, quel est son chiffre?

Le Président : M. le premier ministre.

M. Couillard : Personne ne connaît actuellement précisément la situation. C'est même un des problèmes auquel on fait tous face. C'est pour ça qu'une étude a été lancée avec l'Institut canadien d'information en santé, qui est le seul organisme capable de colliger les données de rémunération de façon fiable partout à travers le pays et qui va nous permettre d'avoir l'heure juste. (...)

Le Président : Deuxième complémentaire, M. le chef du deuxième groupe d'opposition.

M. Legault : M. le Président, le premier ministre du Québec vient de nous dire qu'il ne connaît pas l'écart Québec-Ontario pour les médecins spécialistes. Pourtant, il est en train de signer une entente jusqu'en 2023.

Est-ce qu'il ne trouve pas ça un peu brouillon de signer jusqu'en 2023 avant même d'avoir les études de comparaison?»

***

Ouf...

Sans surprise, le premier ministre n’a jamais répondu directement à cette question pourtant cruciale pour les finances publiques du Québec et la santé des Québécois eux-mêmes.

Bref, considérant l’ampleur des sommes en jeu, lorsque François Legault dit que M. Couillard a été «un peu brouillon», le chef caquiste vient sûrement de signer l’euphémisme de l’année...