/news/transports
Navigation

Nombreux retards: le RTM dédommage finalement ses usagers

Coup d'oeil sur cet article

Le Réseau de transport métropolitain (RTM) fait marche arrière et accepte maintenant d’indemniser ses usagers pour les nombreux retards de ses trains de banlieue.

Le directeur général du RTM, Raymond Bachant, a répété à plusieurs reprises dans les derniers mois qu’il était hors de question de compenser ses clients.

Les usagers des trains de banlieue ont attendu plus souvent en 2017, alors qu’il y a eu 20 % plus de retards qu’en 2016.

Face à la grogne, le RTM prévoit maintenant 2 millions $ pour compenser sa clientèle qui sera indemnisée pour les nombreuses pannes de train subies cet hiver.

Durant les prochaines semaines, le RTM remettra un rabais de 30 % sur un titre mensuel ou six titres de train gratuits pour s’excuser des désagréments causés, ce qui équivaut à une compensation de 78,90 $ pour un usager qui paie le titre mensuel le plus cher s'élevant à 263 $.

En 2009, des citoyens ont intenté un recours collectif contre l’Agence métropolitaine de transport (AMT), devenue le RTM l’an dernier, après de nombreux retards et pannes de trains durant les deux premiers mois de l’année. En 2014, l’AMT avait déboursé des centaines de milliers de dollars pour dédommager des milliers d’usagers.

Me Normand Painchaud, qui avait agi comme procureur de cette action collective, avait confirmé au «24 Heures» en février dernier que la situation vécue en 2009 était encore plus «horrible» que celle subie par les usagers des trains cette année. Malgré tout, il semblerait que le RTM ait été plus généreux sur le montant des compensations offertes en 2018.

450 millions $ pour arriver à l'heure

Au total, le RTM injectera 450 millions $ au cours des cinq prochaines années pour améliorer à long terme la fiabilité et la ponctualité du réseau de trains.

«On souhaite vraiment atteindre un taux de ponctualité supérieur à 95 % à l’avenir», soutient M. Bachant.

Le plan d’action du RTM prévoit investir davantage dans les infrastructures, le matériel roulant et les opérations de maintenance ainsi que sur la bonification du plan d’opération hivernale.

D’après le RTM, le froid, le gel et les problèmes d’enneigement sur les aiguillages sont les principaux responsables des retards survenus en début d’années sur la ligne Deux-Montagnes qui a été particulièrement touchée. Des systèmes de réchauffement électriques seront donc installés à des points stratégiques pour éviter que les problèmes ne se reproduisent.

«La ligne de Deux-Montagnes n’a pas reçu d’investissements, ni en matériel roulant ni en infrastructures, depuis plus de 20 ans. Elle a définitivement manqué d’amour», a souligné M. Bachant.

Réactions mitigées face au plan d’action du RTM

Le plan d’action pour améliorer la fiabilité et la ponctualité du réseau de trains de banlieue ne fait pas l’unanimité.

Le député provincial de Deux-Montagnes et porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière de transports, Benoit Charrette, dit recevoir constamment des appels de citoyens mécontents.

«On est encore loin des belles paroles lancées par le RTM, a dit le député. J’ai des courriels chaque semaine de citoyens de Deux-Montagnes qui me disent qu’ils lâchent le train pour aller dans leur voiture. Ça va prendre plus qu’un plan et des compensations pour les ramener dans les trains, il faut de vrais résultats de ponctualité.»

Heureux

Son de cloche différent pour l’organisme Trajectoire Québec qui accueille positivement les initiatives du RTM.

«On l’accueille favorablement et on est heureux de voir que le Réseau a suivi quelques-unes de nos recommandations, dont les compensations offertes aux usagers, a dit Philippe Cousineau Morin, directeur de l’organisme. Évidemment, ce plan est la preuve que les trains ont manqué d’amour durant trop longtemps.»

Quelques faits saillants du plan

Les voitures MR90 de la ligne Deux-Montagnes seront remises à niveau.

20 voitures additionnelles à deux niveaux seront acquises

10 vieilles locomotives seront remplacées par des locomotives au diésel à faible émission de gaz à effet de serre

Augmentation du personnel de maintenance et d’entretien

Répartition des retards par catégorie – 1er JANVIER AU 10 MARS 2018

7 % Clients (Intervention ambulancière, porte retenue, poignée d’urgence)

23 % Exploitation (Décision du Centre de contrôle ferroviaire, train de marchandises, vitesse réduite)

32 % Infrastructures (Systèmes de signalisation, passage à niveau, systèmes d’aiguillages, conditions des quais)

30 % Matériel roulant (air comprimé et freins, moteur diésel, système de propulsion, portes défectueuses, alimentation électrique)

8 % Autres (Obstruction de voie, viaduc heurté par un camion)

Retards selon les lignes

Ligne 2016 | 2017 | Variation

Deux-Montagnes: 427 | 636 | +48 %

Mont-Saint-Hilaire: 55 | 207 | +276 %

Saint-Jérôme: 235 | 291 | +24 %

Vaudreuil-Hudson: 441 | 368 | -17 %

Mascouche: 239 | 241 | +0,8 %

Candiac: 156 | 124 | -20 %

Ensemble des lignes: 1553 | 1867 | +20 %

Les trains annulés par ligne (2016 / 2017)

Deux-Montagnes 13 / 41

Mont-Saint-Hilaire 1 / 17

Mascouche 3 / 7

Candiac 12 / 10

Vaudreuil-Hudson 17 / 23

Saint-Jérôme 21 / 29

Total 67 / 127