/opinion/columnists
Navigation

L’hiver en veston

Coup d'oeil sur cet article

Je connais un gars, à Longueuil, qui déteste l’hiver à s’en confesser. Ce quelqu’un habite Place St-Charles, qui est directement reliée au métro par une passerelle, et il travaille à la Place Ville-Marie. Dès les premiers froids de l’hiver jusqu’au chaud soleil de la fin du printemps, il ne met jamais le nez dehors. Pas une seule fois. Frileux, mais stratégique.

On n’apprécie pas assez Mont­réal qui, avec son métro et ses 33 km de couloirs, n’offre rien de moins que le plus grand sous-sol de la planète.

Mon quelqu’un claironne à qui ne veut même pas l’entendre qu’il ne manque de rien. Il a accès à plusieurs grandes épiceries, à de nombreux cinémas. Il peut faire tout son magasinage, il jouit d’un choix très varié d’excellents restos sans jamais voir un seul flocon de neige dans la pire tempête et sans un seul frisson pendant la journée la plus froide de l’année. La pluie verglachiante, les problèmes de stationnement et les cônes orange ? Connaît pas.

ÉTOUFFE LA MARMOTTE

À ce chapitre, on ne réalise pas à quel point Montréal est une ville extra­ordinaire : 12 % des commer­ces du centre-ville sont sous terre; 200 millions d’êtres humains circu­lent dans ses corridors chaque année.

Mon quelqu’un jure qu’il n’aura plus jamais de traces de calcium sur ses bords de pantalon, de guédille au nez et les oreilles gelées. Il ne se souvient même plus de quel côté on doit tenir une pelle. Dans le métro, il est facile à reconnaître : c’est le seul qui est en veston.

TANT QU’À...

  • Si les États-Unis se construisent une clôture pourquoi ne nous ferions-nous pas bâtir une couverture ?
  • Le mariage est une greffe qui subit quelquefois un rejet.
  • Conseil de sécurité pendant le froid : si vous décidez de faire un petit feu, assurez-vous d’avoir un foyer.
  • À l’Opéra, à un moment donné, il est 8 h. Deux heures plus tard, il est 8 h et quart.
  • On dirait que tout ce que j’aime est néfaste, cancérogène, engraissant, dommageable, malsain, pernicieux et ben ben le fun...
  • Une déclaration d’impôt, c’est le contraire du bulletin scolaire. Tu as bien travaillé, tu es puni.
  • La girafe serait un cheval qui a avalé une échelle.

À DEMAIN

Je suis là, mais je suis absent.