/entertainment/music
Navigation

«On va faire des jaloux»

Une chorale de policiers chantera au Centre Bell jeudi soir

ART -  SYMPHONIE VOCALE FRATERNITÉ POLICE MONTRÉAL
Photo Martin Alarie Des membres du chœur de la Fraternité des policiers et policières en pleine répétition

Coup d'oeil sur cet article

D’anciens policiers réaliseront un rêve sur la glace du Centre Bell, jeudi soir. Le chœur de la Fraternité des policiers et policières de Montréal y interprétera les hymnes nationaux précédant le match opposant les Canadiens de Montréal aux Penguins de Pittsburgh.

« Le Centre Bell... c’est pas rien. On va faire des jaloux », souffle le choriste Marcel Chaumont, sourire en coin.

Il ne s’agit toutefois pas de la première prestation de la Symphonie vocale de la Fraternité des policiers et policières de Montréal à l’intérieur de l’amphithéâtre. Le chœur était sur place, en 1996, pour l’ouverture officielle de l’établissement, à l’époque appelé Centre Molson.

« On a rencontré plusieurs anciens joueurs. Bernard Geoffrion était là, Dickie Moore aussi. Et quand Maurice Richard est arrivé, c’était vraiment quelque chose », se souvient le policier retraité.

Fébriles, pas nerveux

Demain soir, ils seront 37 choristes à livrer les hymnes nationaux canadien et américain lors de l’affrontement entre le Tricolore et les Penguins. Cette présence, fruit d’une entente conclue entre la Fraternité des policiers et policières de Montréal et le Centre Bell il y a à peine un mois, vise à souligner le 175e anniversaire du service de police de la ville.

Depuis, les choristes enchaînent les répétitions. Et la nervosité a enfin fait place à la fébrilité.

« On connaît tous les hymnes nationaux. Et on les a déjà chantés. Alors on n’est pas stressés. Mais c’est quand même quelque chose de gros, quelque chose d’important. On a très hâte », raconte Marcel Chaumont.

Active depuis aujourd’hui 62 années, la Symphonie vocale compte 46 membres âgés de 39 à 89 ans, presque tous retraités ; seulement trois des choristes sont encore actifs.

C’est d’ailleurs dans les cours de préretraite que le président du chœur Yvan Côté recrute de nouveaux membres.

« Ça nous permet de rester en contact quand on prend notre retraite », précise Marcel Chaumont.

75 sorties par année

Chaque année, la Symphonie vocale de la Fraternité des policiers et policières de Montréal effectue entre 75 et 80 sorties officielles, incluant les répétitions. Ses choristes se réunissent pour chanter à l’occasion de funérailles, d’événements religieux, ou de simples concerts.

Leur répertoire comprend des relectures de succès d’artistes d’hier à aujourd’hui, des Bee Gees à 2Frères, en passant par les Beatles et Bette Midler.

« Il faut y aller avec notre public. Et notre public, ce ne sont pas des fans de Lady Gaga », avance Yvan Côté, estimant à 50 ans l’âge moyen de leurs spectateurs.

« Notre travail est mal connu. Les gens pensent qu’on chante en latin dans les églises. Mais on fait des chansons contemporaines, des chansons que les gens connaissent et aiment », ajoute-t-il.


► La Symphonie vocale de la Fraternité des policiers et policières de Montréal sera en concert les 21 et 22 avril au Centre Leonardo Da Vinci de Saint-Léonard.