/sports/fighting
Navigation

Francis Lafrenière s'incline au Casino de Montréal

Le boxeur québécois s’incline devant Onolunose par décision majoritaire au Casino de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Comme c’est toujours son habitude, Francis Lafrenière a tout laissé sur le ring, jeudi soir au Casino de Montréal. Toutefois, il n’a pas obtenu le résultat escompté contre le coriace Albert Onolunose.

Dans un combat très serré, la fierté de Coteau-du-Lac (16-6-2, 9 K.-O.) s’est inclinée par décision majoritaire des juges (97-93, 95-95 et 96-94) devant l’Albertain d’adoption (23-2-1, 7 K.-O.). Il perd ainsi son titre NABO des poids moyens qu’il avait acquis l’an dernier contre Uriel Gonzalez.

On ne peut pas crier au vol devant ce verdict, car Onolunose en a fait assez pour remporter ce combat. Bien sûr, Lafrenière n’a pas vu la situation du même angle.

« Je ne sais pas ce qui s’est passé, a souligné Lafrenière après son duel. On pensait avoir remporté le combat, car il

[Onolunose] n’était pas là pour se battre et il a passé la soirée dans les câbles.

C’est décevant comme résultat parce que j’étais bien préparé et j’avais connu un bon camp d’entraînement. Je me sens un peu comme Yves Ulysse fils après sa défaite contre Steeve Claggett. »

Lafrenière veut prendre un certain recul avant de penser à la suite de sa carrière. Pour le moment, il n’a pas l’intention de demander une revanche au vainqueur.

« On verra, mais je ne suis pas intéressé s’il veut livrer le même type de combat », a-t-il souligné.

Pour la première fois dans l’histoire de la boxe québécoise, une femme dirigeait l’action dans le ring. Sparkle Lee, qui travaille habituellement dans l’État de New York, avait la mission de faire respecter les règlements entre les câbles.

Elle a fait de l’excellent travail dans ce duel où plusieurs corps-à-corps ont eu lieu et elle n’a pas hésité à ramener les deux boxeurs à l’ordre dès le deuxième round. Les pugilistes n’ont pas tenté de défier son autorité.

Victoire facile de M’Billi

Avant le combat de Lafrenière, on a encore constaté l’étendue du talent de Christian M’Billi. Le Français (8-0, 8 K.-O) a signé un gain assez facile contre le Mexicain Jesus « Pantera » Gurrola (24-13-3, 12 K.-O.) dès le deuxième assaut.

Le protégé de Marc Ramsay a réussi à placer son uppercut dès les premières secondes de l’affrontement et c’est de cette façon qu’il a réussi à bâtir ses meilleures attaques. M’Billi a fini le travail avec une belle combinaison que son adversaire n’a pas été en mesure de contrer.

Depuis son entrée chez les pros, M’Billi connaît une progression intéressante et le meilleur est à venir dans son cas.

On voit notamment qu’il est en train de développer son jab, qui va l’aider à grimper les échelons dans les prochaines années.

Dans les autres combats de la sous-carte, Terry Osias (3-0, 1 K.-O) a vaincu facilement Jorge David Vargas (3-2, 0 K.-O.) par knock-out technique dès le deuxième assaut. Quant à Louisbert Altidor (7-2, 3 K.-O.), il a battu le Mexicain Genaro Ortiz (8-3-1, 4 K.-O) par arrêt de l’arbitre au deuxième round.

Finalement, Dario Bredicean (16-0, 4 K.-O.) a battu Guillermo Romero par décision unanime dans un combat qui n’a pas donné lieu à beaucoup d’action.

Partie remise pour Phinn

Shakeel Phinn a appris une bien mauvaise nouvelle seulement quelques heures avant l’ouverture du gala. Son adversaire, le Polonais Remigiusz Woz, a échoué un test sanguin et n’a pas pu prendre part au duel.

Pour Phinn, tout n’est pas perdu. Il devrait revenir sur le ring dès le 19 avril lors d’un autre événement présenté au Casino de Montréal. Il sera l’une des vedettes de la soirée avec le poids lourd Oscar Rivas.