/lifestyle/psycho
Navigation

8 étapes pour cultiver la compassion

8 étapes pour cultiver la compassion
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Dans le livre Dix contes tibétains pour cultiver la compassion, le lama Lhakpa Yeshe rapporte cette histoire. Il y a très longtemps, un homme rencontre un grand lama, un enseignant du bouddhisme, et lui fait part de son désarroi. Il est riche, bien entouré, il a tout, mais il n’est pas en paix. « Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? » questionne-t-il. Le lama lui dit alors que la paix et le bonheur se trouvent en lui-même, en sa capacité d’exercer sa compassion. L’homme demande : « Pourriez-vous, s’il vous plaît, m’indiquer comment développer concrètement la compassion ? » Voici donc ce que l’enseignant répond.

1. Le même bateau D’une façon ou d’une autre, on est relié à tous les êtres vivants, alors traitons-les avec respect et amour. Le lama voit les choses ainsi : « Au cours de tous tes cycles de vie, toutes les créatures ont été ta mère, ton père, ta sœur ou ton frère. » Que l’on croie ou non à la réincarnation importe peu, on sait bien qu’on a une destinée commune, qu’on est tous dans le même bateau.

2. Le souvenir « Souviens-toi que tu as été aidé et soutenu par les autres. On t’a nourri, vêtu, logé... Sans la bonté et la générosité des autres, tu n’aurais pas survécu. » On a tous reçu des soins et de l’amour, on peut se souvenir que sans l’aide des gens, on ne serait probablement plus là ou, à tout le moins, pas là où l’on est.

3. L’action À cette étape, il s’agit de rendre ce qu’on a reçu. C’est en donnant aux autres ce qui nous a été donné — sans arrogance, sans fausse fierté — qu’on peut exercer sa compassion. C’est l’étape de la générosité vécue comme une dette que l’on rend, et non comme une petite gloriole personnelle.

4. L’apprentissage « Apprends d’autrui comment prendre soin des autres. » Inspire-toi de ceux que tu côtoies. Le lama donne l’exemple de l’oiseau qui s’occupe attentivement de son oisillon. Il dit : « Tu peux être comme un parent oiseau pour tous les êtres vivants. »

5. La collaboration « Tu ne pourras pas toujours aider seul. » Même quand on souhaite être présent et aidant, on n’a pas toujours l’énergie, les connaissances ou les aptitudes pour agir seul. Il faut de l’humilité pour collaborer avec les gens. Quand on ne sait pas quoi faire, d’autres ont peut-être les outils et les aptitudes nécessaires. Il ne s’agit pas de se vider.

6. L’impartialité Reste « impartial, calme et posé », suggère le lama à l’homme inquiet. Il faudrait, dit-il, abandonner la notion d’ami et d’ennemi, car tous sont nos frères. La compassion ne peut pas être sélective. Il s’agit d’oublier notre tendance à catégoriser et à juger : le genre, la race, la couleur, la religion, la nationalité, etc. C’est une étape exigeante.

7. La sympathie joyeuse « Réjouis-toi des succès, du bonheur et des prouesses des autres. Apprends à n’éprouver aucune jalousie, aucun ressentiment, aucune irritation quand tu vois un autre que toi allier talent et reconnaissance. » Voici un conseil qui n’est pas toujours aisé non plus, mais qui est réalisable si on le pratique régulièrement.

8. Chaque jour Dans son histoire, le lama parle de sept étapes, mais il ajoute à la fin que si l’on range ces conseils sur une étagère comme on le ferait d’un médicament qu’on nous proposerait, on ne trouvera ni paix ni bonheur. C’est chaque jour qu’on doit s’exercer. « Le but de ta vie est d’être bon envers les autres, c’est ainsi que tu trouveras le bonheur, disait (en fin de compte) ce lama très sage. »

8 étapes pour cultiver la compassion
Photo courtoisie