/misc
Navigation

Le tir au féminin

De plus en plus de femmes découvrent le tir au pigeon d’argile et deviennent de réelles adeptes.
Photo courtoisie De plus en plus de femmes découvrent le tir au pigeon d’argile et deviennent de réelles adeptes.

Coup d'oeil sur cet article

Jusqu’à tout récemment, l’activité qui consiste à intercepter des pigeons d’argile au vol était principalement pratiquée par la gent masculine.

Depuis environ deux décennies, les fabricants d’armes à feu présentent des modèles de fusil spécialement adaptés pour les hommes de petit gabarit, pour les dames et pour les jeunes adeptes. Si on les compare aux versions conventionnelles, on s’aperçoit que leur crosse est plus courte et qu’elle est facilement ajustable par un armurier. En fait, la longueur de traction, mieux connue sous l’appellation anglophone de lenght of pull, n’est que de 13 pouces (33 cm), contre 14¼ po (36,2 cm).

Le reste de l’arme est identique. Toutefois, dans certains cas, le canon peut être d’une longueur de 24 ou 26 pouces (61 ou 66 cm) pour améliorer le balancement et le balayage lors de la motion de la mise à feu.

Ces adaptations rendent inévitablement l’arme plus légère, donc facile à manier et à transporter.

Une spécialiste

Marie-Claude Landry, de la région de Québec, est une des représentantes pour la firme Browning Canada Sports. Cette mère de famille, qui chasse le gros gibier et la sauvagine depuis 25 ans, a fondé un programme qui se nomme On tire entre filles. Le but de l’activité est d’offrir aux femmes de 16 ans et plus l’occasion de manipuler des fusils de différents calibres et avec divers mécanismes dans un cadre très sécuritaire. Marie-Claude et cinq autres mentors féminins guident les néophytes tout au long de l’apprentissage.

Elles apprendront à manier le fusil correctement, tous les rudiments relatifs au bon positionnement du corps, à l’épaulement, à la manière de pointer le bout du canon vers la cible volante et non pas à la viser, puis à la motion de suivi qui se nomme balayage.

Déroulement

Pour une somme d’environ 60 $, les participantes recevront une formation théorique de 45 minutes et auront la chance d’essayer différentes versions de fusils Micromidas spécialement adaptés, tels le Citori et le Cynergy à canons superposés, le Silver semi-

automatique, le Browning BPS à pompe, les Winchester SX4 et SX3 à action semi-auto, le SXP pompeux, etc.

« Les filles », comme Mme Landry les surnomme, ont accès au club de tir et elles obtiennent des cartouches afin d’effectuer deux rondes de 25 coups sur des cibles d’argile. Une veste, des lunettes de tir et des protecteurs auditifs leur sont également prêtés.

Le tout se déroule dans un climat de camaraderie sans pression externe ni jugement.

Sur le terrain, les formatrices démystifient l’appréhension, parfois négative, lors du coup de feu. Comme le précisait l’instigatrice, « de nombreuses participantes, d’abord inquiètes, surmontent rapidement leurs craintes et deviennent très enthousiastes à l’idée d’atteindre leurs premiers pigeons d’argile. Un sentiment de fierté et d’accomplissement émerge chez plus de 90 % des personnes initiées et elles se promettent de continuer ce sport d’adresse ».

Pour en savoir plus et connaître les dates et les lieux des activités à venir, visitez la page Facebook

On tire entre filles ou écrivez à ontireentrefilles@gmail.com.

De tout pour tous

Comme de nombreux autres organismes sans but lucratif, les spécialistes de la gestion du cerf de Virginie du QDMA organisent des événements afin d’amasser des fonds. La division de Montréal vous convie à son banquet annuel le
14 avril à 17 h 30 au Château classique, au 6010 boulevard des Grandes Prairies à Saint-Léonard. Au menu, il y aura un souper cinq services, des jeux, des tirages, un encan silencieux, et un autre à main levée, et de nombreux prix. Pour y assister, composez le 514 515-7999 ou écrivez à gp_hunt@live.ca.
 
 
Un grand concours est organisé par la Galerie Archambault et le Conseil des Arts de Lavaltrie dans le cadre d’un gigantesque symposium qui se déroulera du 7 au 9 septembre prochains afin de déterminer les 20 meilleurs peintres émergents du Québec. Retenez que tous les styles sont acceptés, incluant l’art animalier.
 
 
Le 29 mars à 19 h 30, la Fédération québécoise pour le saumon atlantique présentera son Festival de films de pêche à la mouche à Saint-Jérôme, à la salle Anthony-Lessard, située au 101 Place du Curé-Labelle. Les spectateurs pourront visionner des courts métrages de 5 à 10 minutes réalisés au Québec. Pour en apprendre davantage, lorgnez du côté du site facebook.com/events/1810757325665228/
 
 
Les adeptes qui aimeraient avoir la chance de taquiner les truites mouchetées et surtout les renommées ouananiches qui ont contribué à populariser le lac Sorcier de la réserve faunique Mastigouche, en Mauricie, peuvent s’inscrire gratuitement au tirage au sort sur sepaq.com/tirages, avant le 31 mars. Cette loterie a pour but de rendre accessible ce superbe lac poissonneux à tout un chacun.