/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Quand Louise Portal se fâche... J’aime ça!

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous entendu l’entrevue que Louise Portal a accordée hier à Paul Arcand sur les ondes de Cogeco ? Je n’ai qu’un mot à dire : « Ayoye. » La comédienne et auteure n’a pas la langue dans sa poche et, contrairement à tant d’artistes qui cherchent le consensus, elle n’a pas peur de parler des « vraies affaires ».

FAITES UN AUTRE MÉTIER !

La comédienne, qui est fabuleuse dans Cheval-Serpent et dans Trop, est revenue sur l’affaire Gilbert Sicotte. Et ce qu’elle avait à dire sur le sujet compte parmi les propos les plus brillants qu’on a entendus.

« Ça, je vous le dis tout de suite, ça n’a pas de bon sens », a-t-elle déclaré à Paul Arcand.

« Je ne comprends pas qu’un homme comme Gilbert, qui a été professeur pendant 30 ans, soudainement dans la vague du mouvement “moi aussi” – qui, je le redis, est un mouvement très important et nécessaire – qu’une dizaine, une quinzaine d’élèves décident de dénoncer ce professeur en disant qu’il a fait du harcèlement psychologique. Eh bien, mes chers amis, là, faites un autre métier ! Parce que dans ce métier-là, on en rencontre de toutes sortes. On en rencontre des fins et des difficiles, des exigeants, et ça, c’est pas juste des réalisateurs, c’est des partenaires, des producteurs. C’est un métier extrêmement exigeant au niveau émotionnel. Et à mon avis, quand on est dans une école de théâtre, on est là pour justement expérimenter la pression. »

Et voilà, bingo ! Louise Portal fait ce métier depuis le début des années 70 (vous vous souvenez de Taureau, de Cordélia ?), on peut imaginer le nombre de fois où elle a été confrontée à des critiques, des commentaires, des cris et parfois même, peut-être des gens qui sacraient ! Elle ne s’est pas écroulée comme une petite fleur fragile. Et c’est ce qu’on apprend quand on est confronté à ça de la part d’un prof, dès nos premiers pas dans une profession.

Puis, Louise Portal en a rajouté en répondant à Paul Arcand (qui lui disait qu’on était peut-être rendu ailleurs, en 2018, que les temps avaient changé...) : « Écoutez quand on est rendu à 22 ans, pis qu’on vit en appartement, qu’on boit du vin, qu’on fume du pot, on se donne des libertés et on vit... pis là, il faudrait que, quand on est à l’école de théâtre, on soit enroulé dans de la ouate ? »

Et c’est là que j’ai eu un coup de foudre pour le franc-parler de Louise Portal. Elle ne met pas les gants blancs, elle dit le fond de sa pensée, comme quelqu’un qui a vu neiger et qui n’a plus de temps à perdre en tournant autour du pot.

TRÈS BIEN DIT

En conclusion, Louise Portal a déclaré au 98,5 FM : « Au cours de ma vie, j’ai vécu plusieurs écueils et ce sont ces écueils-là qui sont venus nourrir mes incarnations et nourrir la femme que je suis aujourd’hui. »

Je ne sais pas quels sont les coups durs que Louise Portal a vécus qui l’ont fait grandir et ont nourri son « fond de commerce » de comédienne. Mais je veux juste la remercier d’avoir eu le courage de dire le fond de sa pensée, à une époque où les artistes s’excusent plus vite que leur ombre.