/news/society
Navigation

Le ministre François Blais dépose sa réforme du Régime québécois d'assurance parentale

Du répit pour les parents adoptants et les mères vivant une grossesse multiple

«Si on avait voulu être caquistes, disons, et natalistes, on aurait dit : Bien, voilà plus de semaines de congé pour le troisième enfant, par exemple, hein? C'est plus lourd», a déclaré le ministre François Blais, en conférence de presse avec les ministres Luc Fortin, Hélène David et Brigitte Thériault, du conseil de gestion du Régime québécois d'assurance parentale.
Photo Simon Clark «Si on avait voulu être caquistes, disons, et natalistes, on aurait dit : Bien, voilà plus de semaines de congé pour le troisième enfant, par exemple, hein? C'est plus lourd», a déclaré le ministre François Blais, en conférence de presse avec les ministres Luc Fortin, Hélène David et Brigitte Thériault, du conseil de gestion du Régime québécois d'assurance parentale.

Coup d'oeil sur cet article

En plus de permettre l’étalement sur deux ans du congé parental et d’offrir 10 congés payés pour les imprévus avec un enfant, les parents adoptants et les mères vivant une grossesse multiple auront bientôt droit à 5 semaines de répit de plus.

Il s’agit des principales modifications que le gouvernement Couillard souhaiter apporter au Régime québécois d'assurance parentale (RQAP).

Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, a déposé en chambre le projet de loi qui fait suite au chantier amorcé l’automne dernier à la demande du premier ministre Philippe Couillard, qui s’est donné pour mission de donner «plus de temps» aux familles.

«Ce que l'on vous présente aujourd'hui, c'est une réforme assez importante du Régime québécois d'assurance parentale. Le régime date d'il y a 2006», a souligné en point de presse le ministre Blais.

L’ensemble des mesures devraient représenter un coût de 50 M$ pour l’État québécois.

Comme l’avait déjà annoncé le premier ministre, une fois le projet de loi sanctionné, il sera possible de prendre son congé parental sur deux ans plutôt qu'un.

10 jours sur 3 ans

Les parents auront aussi la possibilité de constituer une banque de 10 jours de congés, qu’ils pourront utiliser par exemple lorsque leur enfant est malade.

«C'est, à mon avis, la principale, la plus importante innovation de cette réforme, a fait valoir M. Blais. [...] Ces journées-là pourront être prises à partir de la naissance de l'enfant sur une période de trois ans.»

Pour un parent dont la prestation moyenne est d’environ 100 $, cela représentera 1000 $ de plus.

Équité pour les parents adoptants

Par souci d’équité, les parents adoptants seront désormais traités « sur le même pied d'égalité que les parents qui ont des enfants naturels », a expliqué M. Blais.

Les parents qui adoptent un enfant auront chacun droit à un congé exclusif de cinq semaines qui s’ajoutera aux 32 semaines de prestations d’adoption partageables prévues par le RQAP.

Pour des raisons de santé, les mères qui vivent des grossesses multiples auront aussi droit à cinq semaines de plus à leur congé de maternité, qui est actuellement de 18 semaines.

«Il y a de plus en plus de grossesses multiples au Québec (1300 cette année). [...] La grossesse est, en général, plus difficile, [...] et le post-partum aussi», a souligné M. Blais.

Ils attaquent la CAQ

Lui et son collègue Luc Fortin ont aussi profité de l’occasion pour s’attaquer à la Coalition avenir Québec.

«Si on avait voulu être caquistes, disons, et natalistes, on aurait dit : Bien, voilà plus de semaines de congé pour le troisième enfant, par exemple, hein? C'est plus lourd», a déclaré le ministre François Blais, en conférence de presse avec les ministres Luc Fortin, Hélène David et Brigitte Thériault, du conseil de gestion du Régime québécois d'assurance parentale.
Photo Simon Clark

«Ce qu'elles ont besoin, les familles au Québec, en 2018, c'est d'avoir plus de temps, a dit le ministre de la Famille. [...] et non pas [...] de travailler 60 heures par semaine, comme le suggère la Coalition avenir Québec.»

«Il n'y a absolument rien de nataliste [...]. Donc, ça, ça nous différencie de la CAQ», a ajouté M. Blais.

Réforme du Régime québécois d’assurance parentale

Principales mesures proposées:

  • Permettre aux parents de se constituer une banque de 10 jours de congé en cas d’imprévu avec un enfant. Pour un parent dont la prestation moyenne est d’environ 100 $, cela représentera 1000 $ de plus.
  • Possibilité d’étaler le congé parental sur deux années plutôt qu’une.
  • 5 semaines de plus pour les parents adoptants.
  • 5 semaines de plus pour la mère vivant une grossesse multiple.
  • Reporter la cessation du versement des prestations lors du décès d’un enfant.