/news/education
Navigation

La Meute au Cégep Édouard-Montpetit: l’association étudiante ne décolère pas

La Meute au Cégep Édouard-Montpetit: l’association étudiante ne décolère pas
PHOTO AGENCE QMI, MAXIME DELAND

Coup d'oeil sur cet article

LONGUEUIL | Au lendemain du passage mouvementé de membres de La Meute et des Soldiers of Odin sur le campus du Cégep Édouard-Montpetit à Longueuil, l’association des étudiants ne décolère pas et a critiqué sévèrement l’attitude et «l’inaction» de la direction, jeudi.

L'Association générale étudiante du Cégep Édouard-Montpetit (AGECEM) a fermement condamné cette présence, précisant qu’elle a «ébranlé le corps étudiant».

«Ces groupes tiennent des propos racistes devant nos membres et empêchent la conservation d’un climat propice aux études. La présence de membres de La Meute sur le campus n’a, donc, pas lieu d’être», lit-on également dans un communiqué de presse publié jeudi.

Dans le cadre d’un colloque sur la radicalisation et l’extrême droite qui se tenait mercredi au Centre d’expertise et de formation sur les intégrismes religieux et la radicalisation (CEFIR), des représentants des deux groupuscules ont voulu en savoir plus. C’est non sans arborer leurs couleurs et logos qu’ils ont débarqué sur le campus.

Au-delà de tout, c’est le «cafouillage dont a fait preuve l’administration du Cégep quant à la gestion de l’évènement» que déplore l’association.

«L’AGECEM souhaite dénoncer publiquement le musellement et les pressions faites par l’administration à son égard. En posant de tels gestes, l’administration se trouve à être complice de la propagation d’idées xénophobes, islamophobes, racistes et fascistes», peut-on lire aussi.

De son côté, la direction de l’établissement a assuré que les groupes n’avaient pas été invités, mais ont décidé de leur propre chef de participer à l’évènement «qui s’est somme toute bien passé», a indiqué le directeur des communications, Alain Legault.

Selon ce dernier, ils ont «respecté les règles du jeu» et les échanges se sont faits «assez civilement» tout en reconnaissant que la matinée a été intense.

Dans tous les cas, le directeur a assuré que des mesures avaient été prises en amont concernant la sécurité. La police de Longueuil avait été avisée de la situation et des policiers en civil étaient présents au colloque et ailleurs sur le campus. «On avait la pris la sécurité [...] en main», a-t-il dit.

Alain Legault soutient que la direction va s’asseoir avec l’association étudiante et estime que le dialogue doit être poursuivi sur les questions de la liberté d’expression et des extrémismes.

Le colloque du CEFIR devait rassembler des spécialistes de l’extrême droite et avait pour ambition de trouver des pistes de solutions dans la prévention. Ce sont toutefois les membres de La Meute et des Soldiers of Odin qui ont fait les manchettes en exprimant bruyamment leur refus d’être considéré comme étant de l’extrême droite. Ils ont par exemple chahuté les propos d’un conférencier. Quelques arrestations ont eu lieu aussi.