/finance/business
Navigation

Le président de Nouveau Monde Graphite devant le tribunal

Sa bonne foi a été mise de l’avant lors de son audience

Éric Desaulniers, président de la minière Nouveau Monde Graphite.
Photo courtoisie Éric Desaulniers, président de la minière Nouveau Monde Graphite.

Coup d'oeil sur cet article

Le président de la minière Nouveau Monde Graphite, Éric Desaulniers, et l’Autorité des marchés financiers (AMF) ont proposé vendredi au Tribunal des marchés financiers à Montréal une entente de pénalité de 10 000 $ pour trois manquements à la Loi sur les valeurs mobilières.

« On aurait dû faire des vérifications supplémentaires avec ces investisseurs-là pour s’assurer qu’ils n’avaient pas fait de mensonges dans les formulaires », a dit au Journal Éric Desaulniers après son audience.

L’AMF reproche au patron de Nouveau Monde Graphite (NMG) de ne pas avoir inscrit trois des 109 investisseurs lors de son placement de 1 224 200 $. Dans l’audience vendredi, sa « bonne foi » a été mise de l’avant tant par son avocat que par le procureur de l’AMF.

« Erreur administrative »

M. Desaulniers parle d’une « erreur administrative ». Il ajoute aussi qu’il n’a pas eu le choix de garder les enquêtes de l’AMF pour lui.

« Les enquêtes de l’AMF étaient strictement confidentielles avant qu’on les dépose vendredi (vendredi). Je ne pouvais pas en parler », précise-t-il.

« Nous comprenons que l’enquête qui visait M. Desaulniers était confidentielle en vertu de la Loi sur les valeurs mobilières, et qu’à cet égard, il n’était pas tenu de nous en faire part », a affirmé de son côté la directrice des affaires publiques et gouvernementales d’Investissement Québec, Isabelle Fontaine.

Même son de cloche du côté la Caisse de dépôt et placement du Québec.

« Notre compréhension est qu’il s’agissait d’un blâme personnel pour une faute de matière administrative. L’entreprise n’avait pas à nous déclarer cette situation », a laissé tomber son porte-parole Yann Langlais Plante.

Le secrétaire de l’Association pour la protection du Lac Taureau (APLT), Daniel Tokateloff, qui a assisté à l’audience vendredi, estime que le projet de mine de graphite va dénaturer sa région touristique.
Photo Francis Halin
Le secrétaire de l’Association pour la protection du Lac Taureau (APLT), Daniel Tokateloff, qui a assisté à l’audience vendredi, estime que le projet de mine de graphite va dénaturer sa région touristique.

Plus tôt en journée, le secrétaire de l’Association pour la Protection du Lac Taureau (APLT), Daniel Tokateloff, s’était montré surpris de l’affaire.

« On est très étonné qu’à la suite de ces manquements, le promoteur ait pu obtenir des prêts ou des investissements d’Investissement Québec ou de la Caisse de dépôt et placement du Québec », avait-il déclaré.