/opinion/columnists
Navigation

Consentants et manipulables

Consentants et manipulables
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Facebook est à blâmer pour ne pas avoir géré nos informations d’une façon conforme à ses engagements. Le président Zuckerberg s’excuse, les marchés financiers s’inquiètent du modèle d’affaires, l’action baisse, tout cela est normal.

Mais de notre côté, comme citoyens, est-ce suffisant de regarder vers Facebook et de pleurnicher ? Il me semble que non. Prenons nos responsabilités, bon sang !

Je suis renversé de constater à quel point les utilisateurs sont naïfs et inconscients de la nature même de ces réseaux sociaux. Une partie des utilisateurs semblent croire que Facebook est une œuvre humanitaire qui se sacrifie pour vous mettre en contact avec vos amis.

Quiconque utilise Facebook devrait avoir une compréhension minimale du modèle d’affaires de cette compagnie. Facebook vous offre une plateforme pour échanger... et parler de vous. En échange, Facebook monte un mégadossier sur vous et fera son argent en vendant cette mine d’or de renseignements.

Mine d’or ?

Vous pensez que vous êtes une personne bien ordinaire ? Que des renseignements à propos de vous ne valent rien ? Vous vous demandez ce que Facebook peut bien y trouver ? Réponse : l’action de Facebook est passée de 25 $ à 185 $ en cinq ans. Cette valeur repose sur le nombre d’abonnés et la qualité des renseignements compilés.

Cela vaut une fortune dans le marketing des années 2000. La compagnie de tondeuses est prête à payer cher pour cibler ses publicités sur les gens qui ont un terrain gazonné. Elle débourserait encore plus pour cibler des gens qui se cherchent justement une tondeuse cette semaine.

Une compagnie de tondeuses électriques payerait gros pour une liste de gens qui cherchent une tondeuse cette semaine ET qui sont préoccupés par l’environnement. C’est ce genre de profils que bâtissent les réseaux sociaux. Les organisateurs d’élections, comme ceux de Donald Trump, peuvent aussi voir l’intérêt de connaître les profils psychologiques, les priorités et les penchants des électeurs.

Évidemment, personne ne prend le temps de lire les paragraphes en petits caractères en s’abonnant. Mais il faut au minimum être assez allumé pour comprendre le contrat de base. Vous me fournissez un réseau social et, en échange, je vous fournis un fleuve d’infos personnelles. Conscient de cela, je me protège en mettant ma limite à ce que je partage. Élémentaire !

Manipulables

Revenons aux partis politiques. Le marketing que je qualifierais de normal consiste à cibler les gens en leur fournissant des informations sur des sujets qui les intéressent. Aucun problème avec ça.

Par contre, le marketing extrême consiste à cibler des gens au point de manipuler leur vote en leur présentant une publicité négative, une photo, ou même une fausse nouvelle, en sachant que cela les fait réagir.

Dans le domaine politique, on dira que pour tel citoyen, si l’on pèse sur le « bon bouton », on fait basculer son vote. Cela est basé sur le fait que certains citoyens sont facilement manipulables.

Au lieu de pleurnicher, essayez donc d’être une personne assez informée et dotée d’un sens critique pour ne pas être aussi tristement manipulable !