/lifestyle/sexromance
Navigation

Films xxx & réalité...

Man watching adult erotic movie on TV.
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

S’il est courant d’entendre que les films pornographiques ne représentent pas la réalité, nombreux encore sont ceux et celles qui les utilisent quand même en référence. Il peut s’avérer difficile de faire la différence entre le vrai et le faux, surtout parce qu’il existe encore des tabous autour de tout ce qui se passe dans l’intimité, donc très peu discutés sérieusement et réellement. De plus, de nombreux professionnels de la santé s’inquiètent, les apprentis en la matière sont souvent des adolescents qui cherchent à reproduire ces comportements au sein de leur propre sexualité. On ne peut pas laisser les jeunes établir leur sexualité sur d’aussi mauvaises bases... Films xxx et réalité : de profondes différences.

1. La taille du pénis : plusieurs consommateurs de pornographie expriment ressentir de l’envie (ou de l’inquiétude) en comparant leur propre sexe à celui des acteurs de films pornographiques. Or, la taille du pénis des hommes varie et elle n’est pas garante de la performance. Il est donc faux de croire que tous les hommes doivent avoir de gros pénis et que seuls ceux qui sont bien membrés sont de bons amants. Une vie sexuelle épanouissante ne se résume pas à la taille d’un organe, contrairement à ce que plusieurs films pornographiques tentent de faire croire ;

2. Une érection qui ne se fatigue pas : la présentation d’hommes infatigables et qui pratiquent des caresses dans toute une série de positions improbables en excite plus d’un. Or, la réalité se veut bien différente. Il ne faut pas oublier que ce sont des films, avec du montage et des « coupé, on recommence ». De plus, rares sont celles qui, dans la vraie vie, jouissent cinq fois de suite en quarante-cinq minutes grâce à un homme qui fait des mouvements de va-et-vient rapides comme ceux d’un marteau piqueur ;

3. Imberbes et décolorés : il est de mise pour la majorité des actrices/acteurs pornographiques d’être rasés à l’intégrale. Rares sont les professionnels de la santé qui recommandent le rasage intégral des parties intimes (irritations, blessures cutanées...) tel qu’il est véhiculé dans les films pornographiques. Comme si ces régions chauves procuraient de meilleurs orgasmes ou sensations, ou étaient plus attirantes de cette façon. Une autre mode voit le jour : se faire décolorer l’anus. En effet, plusieurs d’entre eux souhaitent que leur anus perde cette couleur marron, souvent associée aux matières fécales ;

4. Seins parfaits : si la taille du pénis est sous la loupe, il en est de même pour le corps et la taille des seins des actrices pornos. Il arrive que certaines actrices se fassent opérer les petites lèvres afin de les faire rapetisser (afin que la caméra puisse avoir une meilleure prise de vue sur le vagin) ou que d’autres subissent des interventions uniquement dans le but satisfaire des critères esthétiques d’embauche. La vraie vie ?

5. Toujours prêt/prête : jouir sur commande, faire l’amour dans des positions improbables, accepter de faire tout et n’importe quoi, être prêt/prête à faire l’amour avec de purs inconnus à tout moment et sans protection sont des scénarios bien loin de la réalité d’une sexualité consentante et épanouie ;

6. Les préliminaires, connais pas ! les contextes des relations sexuelles ou les mises en scène des films pornographiques se font toutes, ou presque, sans préliminaires. Or, peu de relations sexuelles se produisent dans ces contextes : à peine deux phrases échangées que les culottes sont par terre (si ce n’est le pénis — ou un autre objet — qui est introduit dans un orifice). Dans la vraie vie, les préliminaires permettent aux partenaires de vivre de la sensualité, de se séduire, de se démontrer de l’amour et de l’attention... bref de bâtir une confiance et de faire monter le désir, entre autres choses !

7. Les éjaculations : tant au niveau de la quantité éjaculée, qu’au niveau de l’endroit où le sperme est « déposé », ces éjaculations ne correspondent pas à la réalité. De plus, rares sont les femmes qui apprécient qu’on leur éjacule en plein visage ou sur le corps sans qu’elles en aient exprimé le désir.

Bref, la pornographie ne correspond pas à la réalité : il ne faut pas croire tout ce que vous voyez. Si certains scénarios peuvent vous servir d’inspiration, assurez-vous de les faire correspondre à votre réalité, à vos valeurs et au respect que vous vouez à votre partenaire...