/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le festival de la noune cosmique

Coup d'oeil sur cet article

Que vous vous identifiiez comme madame, monsieur, non binaire, parent no 1, parent no 2, trans, queer, écoutez-moi bien.

Les 9 et 10 juin à Montréal aura lieu le premier Festivulve, célébrant du bout des (petites et grandes) lèvres cette partie de l’anatomie féminine.

Ne riez pas, c’est très sérieux.

L’origine du monde

Quand j’ai entendu parler de ce festival, je me suis dit : « Pourquoi pas ? » Il y a bien un Festival de la gibelotte à Sorel-Tracy, un Festival du cochon graissé de Sainte-Perpétue, il y a bien des femmes qui défilent aux États-Unis avec un bonnet de laine rose en forme de « pussy », c’était évident qu’un jour un festival allait être mis en branle (excusez-moi) pour célébrer « la diversité culturelle de la vulve ».

Mais une question me hantait : l’art de la vulve, ça ressemble à quoi ?

J’ai eu ma réponse jeudi en parcourant la programmation du festival.

Après avoir assisté à des ateliers « vulvement pertinents » comme « Quand petite chatte devient vieux minou », « La méditation orgasmique » et « La menstruation positive », les participants pourront se rendre au Vulva Booth pour :

1. observer leur vulve,

2. se la faire photographier ou,

3. se la faire mouler.

Je me pose quand même la question : ton moulage de vulve, une fois que tu repars avec sous le bras, tu le mets où ? Sur la cheminée, sur la table à café ou sur ton bureau, au travail, à côté de ta plante verte ?

Après avoir participé à un atelier où « vous coudrez à la main votre propre protège-dessous lavable avec des matériaux recyclés », vous pourrez voir une exposition d’œuvres vulviennes (« des tableaux où la vulve prend vie de manière sensible et personnelle »).

Vous pourrez vous procurer des Viva Doula (« une gamme de modèles anatomiques tricotés à la main »).

Côté spectacles, vous avez le choix entre : la pièce La noune cosmique (« réflexion sur le statut du sexe féminin dans le contexte de la société actuelle ») ; la poésie Le vagin contre-attaque (« un florilège de mots slamés, scandés, au nom de toutes les vulves terrestres et au-delà ») ; Michael Melvin chante la vulve ; La vulve en musique (« nous vous chatouillerons les oreilles avec de douces mélodies vulvariennes ») ; etc.

En décembre, quand on a entendu parler pour la première fois de ce Festivulve, l’humoriste Olivier Martineau a écrit sur Facebook : « Et si moi je partais le Carnaval de la graine, ce serait acceptable ? Un beau week-end où on fait de la poésie et des jokes de bizoune. Avec un concours de qui pisse le mieux son nom dans la neige. Pis un show de marionnettes faites avec nos graines. »

L’humoriste Martin Petit, du Grand Montréal Comédie Fest, a écrit sur Twitter : « On va rencontrer évidemment ce festival puisqu’on n’a pas la langue dans notre poche ».

L’autre jour, j’entendais la productrice du festival expliquer à Bernard Drainville au 98,5 fm qu’elle avait changé le nom, de Festival de LA vulve à Festival DES vulves, pour être plus « inclusive ». Après tout, disait-elle, « des hommes aussi ont des vulves ».

Au moins, avec ce Festival, on est assuré de rire un peu.